L’Otan prépare des mesures dissuasives pour contrer les missiles russes 9M729

L’Otan prépare des mesures dissuasives pour contrer les missiles russes 9M729

Tous les alliés sont préoccupés par la disparition du traité sur les armes nucléaires de portée intermédiaire (INF) conclu en 1987 par Moscou et Washington et devenu la pierre angulaire pour la sécurité en Europe », a-t-il affirmé devant la presse à la veille d’une réunion des ministres de la Défense des 29 pays alliés.

Les États-Unis ont annoncé le 1er février la suspension de leur participation à ce traité qui interdit les missiles stratégiques terrestres d’une portée comprise entre 500 et 5.500 kilomètres.

Moscou a emboîté le pas le lendemain et le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a annoncé dans la foulée sa volonté de développer d’ici deux ans une version terrestre de missiles utilisés jusqu’alors par la Marine russe.

Les deux grandes puissances s’accusent mutuellement de violer ce traité, l’un des derniers accords de désarmement conclu avant la fin de la Guerre froide.

Washington affirme notamment que la Russie s’est dotée de plusieurs bataillons équipés d’un nouveau missile de croisière – le 9M729, alias SSC-8 dans la terminologie de l’Otan –, d’une portée de plus de 500 kilomètres, ce que Moscou conteste.

Le retrait définitif des deux signataires du traité devrait, sauf revirement, être effectif début août.

Notre sélection vidéo