Abonnez-vous pour 1€

Grosses tensions pour la venue de Theo Francken à Verviers: des échauffourées entre les 200 manifestants et la police, du gaz lacrymo utilisé!

Vidéos
Vers 18 heures, 200 personnes étaient présentes pour accueillir Theo Francken à Verviers.
Vers 18 heures, 200 personnes étaient présentes pour accueillir Theo Francken à Verviers. - F.H.

>> Vers 20h30, Theo Francken annulait finalement sa venue.

Une centaine de gilets jaunes de la région liégeoise et verviétoise, le front antifasciste de Liège, des manifestants de la FGTB et de la CSC, et des membres du secteur associatif verviétois sont réunis ce mardi en début de soirée devant l’Hôtel Verviers.

Sur place, la tension est importante. Les participants à la manifestation sont hués par les manifestants regroupés devant le porche. Ils exhibent aussi plusieurs calicots : « Francken buiten », « Fachism not Walcome #resist », etc. Un des invités à la manifestation est sorti de l’hôtel en criant « On est chez nous », ce qui a bien sûr excité les manifestants. Les policiers se sont massés devant le porche pour bloquer l’entrée, alors que des œufs et un feu de Bengale étaient lancés dans leur direction. Les manifestants criaient aussi « Nous sommes tous des enfants de l’univers : première, deuxième, troisième génération ».

Sur place, nous avons également appris qu’un journaliste de l’Avenir a été blessé par un manifestant en gilet jaune.

Vers 19 h 30, les manifestants se déplaçaient vers le côté du bâtiment où se trouve la salle de la conférence. Là, une échauffourée commençait entre manifestants et policiers (vidéo), qui ont utilisé du gaz lacrymogène. Selon notre journaliste sur place, des pavés ont volé et la vitre d’une voiture a été endommagée. Un manifestant a été interpellé par la police.

►► Théo Francken à Verviers  : toutes nos PHOTOS et VIDÉOS de l’ambiance sur place

La bourgmestre de Verviers, Muriel Targnion, s’est jointe aux manifestants, ainsi que plusieurs mandataires communaux verviétois. Certains manifestants ont d’ailleurs reproché à la bourgmestre d’être parmi eux, tout en laissant la police intervenir.

« La police fait son travail. Elle fait en sorte d’éviter les affrontements entre des gens de droite et ceux de gauche. Nous, les gens de gauche devons utiliser les outils démocratiques, et pas ceux des extrémistes, pour faire entendre notre voix », a indiqué la bourgmestre.

Après avoir déménagé d’Hermalle à Barchon, on apprenait ce dimanche matin, grâce à la FGTB, que la conférence de Theo Francken aurait sûrement lieu à Verviers. Mais selon l’organisatrice, elle pourrait peut-être se tenir à Flémalle… On peut clairement dire qu’elle aura laissé planer le doute jusqu’au bout. La FGTB a d’ailleurs appelé les citoyens à manifester avant la conférence pour « exprimer pacifiquement que la haine et le rejet ne passeront pas à Verviers ». Peu importe l’incertitude, la FGTB est bien présente ce mardi soir à Verviers.

Vers 20h30, Theo Francken annulait finalement sa venue.

Notre sélection vidéo