La porte-parole mondiale pour le climat Greta Thunberg (16) est arrivée à Bruxelles pour rejoindre les militants belges

La porte-parole mondiale pour le climat Greta Thunberg (16) est arrivée à Bruxelles pour rejoindre les militants belges
Reporters / DPA

En attendant la « grève mondiale » pour le climat prévue le 15 mars, des milliers d’élèves ont déjà répondu à l’appel à la mobilisation lancé par l’adolescente Greta Thunberg. Son appel a trouvé un écho grandissant après ses discours à la conférence climat de l’ONU (COP24) en Pologne en décembre puis devant les participants du Forum de Davos en Suisse en janvier.

Mais si elle est rejointe chaque vendredi devant le parlement suédois par des dizaines de supporters, élèves ou adultes, il n’y a pas eu de manifestations importantes ailleurs dans son propre pays. Le 30 novembre, des rassemblements avaient toutefois été organisés dans une centaine de villes. Sa démarche a également été suivie dans beaucoup de pays, notamment chez nous en Belgique, où elle a inspiré Anuna De Wever (17 ans) et Kyra Gantois qui ont lancé la fondation Youth for Climate.

« Je suis très heureuse qu’elle vienne en Belgique et que je puisse la rencontrer, car elle reste notre grande inspiration », a déclaré Anuna De Wever. «  Nous nous sommes déjà parlé via Skype à plusieurs reprises et elle a déjà dit qu’elle était très reconnaissante d’avoir fait éclore le mouvement partout en Europe. »

Arrivée en train

Greta Thunberg est arrivée ce mercredi soir à Bruxelles. Elle n’a bien évidemment pas pris l’avion pour son voyage mais bien le train, empreinte carbone oblige. Elle a débarqué à la gare de Bruxelles Midi peu avant 20 heures. L’activiste suédoise sera donc de la marche hebdomadaire pour le climat ce jeudi.

«  Les politiciens doivent parler un langage clair. Ils doivent dire ce qui est écrit et commencer à traiter la crise climatique comme une crise », a-t-elle déclaré à nos confrères du Standaard peu après son arrivée.

Ce jeudi matin Greta prononcera un discours devant le Comité économique et social européen à 10h45, en présence notamment de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne. La marche de protestation partira donc à 13 heures de la gare du nord, une heure et demie plus tard que la normale.

Notre sélection vidéo