Abonnez-vous pour 1€

Antisémitisme au carnaval d’Alost: l’Unia estime que la compagnie carnavalesque alostoise n’a pas violé de lois

Antisémitisme au carnaval d’Alost: l’Unia estime que la compagnie carnavalesque alostoise n’a pas violé de lois
DR

Le char incriminé présentait deux mannequins affublés de stéréotypes juifs afin de railler le fait que le carnaval d’Alost était cette année contraint à l’économie. Ces images ont été ressenties comme antisémites par la communauté juive. La Commission européenne et même l’Unesco ont condamné ou regretté l’utilisation de tels stéréotypes.

La communauté juive a exigé des excuses et d’influentes organisations juives ont menacé d’envisager un départ de l’industrie diamantaire anversoise où la communauté juive est très impliquée. Aucune plainte n’a cependant été déposée.

Il n’y aurait d’ailleurs pas moyen de trouver des arguments, estime Unia. « Quand on examine la législation, il semble que tout soit resté dans les limites de la loi. Nous comprenons que certaines personnes se soient senties blessées mais l’intention n’était pas méchante ». Unia ne portera pas l’affaire devant la justice mais opérera une médiation la semaine prochaine entre l’administration communale alostoise et la communauté juive.