Des milliers de jeunes manifestent pour le climat à Berlin autour de la Suédoise Greta Thunberg

AFP
AFP

Comme tous les vendredis depuis plusieurs semaines, les jeunes se sont rassemblés devant le ministère de l’Economie à Berlin. Les manifestants brandissaient des pancartes en carton appelant à «sauver notre planète» ou «Tout ce que je veux pour Noël, c’est de la neige». Ils devaient ensuite gagner la Porte de Brandebourg, où Greta Thunberg, présente pour la première fois dans la capitale allemande, devait prendre la parole à la mi-journée.

La police s’attend à une participation d’environ 15.000 personnes.

«On va continuer de sécher les cours tous les vendredis parce que ça ne peut plus continuer comme ça avec le climat. Il faut tirer le frein d’urgence», a lancé une des organisatrices à Berlin des «Fridays For future», Franziska Wessel.

Dans une cinquantaine de villes

Depuis décembre et la création du mouvement, la mobilisation de collégiens, lycéens et étudiants va crescendo en Allemagne, via de nombreux groupes WhatsApp. De quelques centaines fin 2018, les mobilisations du vendredi concernent depuis mi-janvier souvent plus de 15.000 élèves, dans une cinquantaine de villes allemandes.

La mobilisation en Allemagne se cristallise en grande partie autour de la sortie du charbon, programmée par le gouvernement pour 2038. Les jeunes manifestants souhaitent une sortie avancée à 2030. Ils réclament aussi des mesures concrètes comme le développement de l’offre de transports publics dans les grandes villes, ainsi que la construction de nouvelles pistes cyclables.

Devant le succès croissant de ces manifestations, des voix s’élèvent parmi les dirigeants politiques pour regretter qu’elles se déroulent le vendredi pendant les heures de cours. Angela Merkel avait cependant salué il y a quelques semaines l’implication des jeunes pour la défense du climat.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Climat
Notre sélection vidéo