Steven Defour de retour en Belgique? Lucien D’Onofrio est prêt à relancer le Belge à l’Antwerp

photo news
photo news

Qualifié pour le deuxième tour préliminaire de la prochaine Europa League (match aller le 25 juillet) suite à sa victoire face au SC Charleroi dimanche, voire le troisième (entrée en lice le 8 août) si Malines, vainqueur de la Coupe de Belgique, est privé d’Europe suite au Footbelgate, l’Antwerp va devoir ajuster son effectif s’il veut faire bonne figure sur la scène européenne puis renouveler une place dans les premiers rangs en Jupiler Pro League. Pour le même prix, les Anversois, menés 0-2 après une dizaine de minutes, mordaient la poussière face aux Zèbres et ponctuaient la saison par une terrible désillusion. Il n’en est rien.

Malgré cette carotte européenne, certains cadres risquent de se lancer dans une nouvelle aventure. Auteur de quatorze buts cette saison, Dieumerci Mbokani a déclaré suite au barrage de ce week-end qu’il s’agissait de son dernier match avec la tunique du Great Old. Il s’agit d’ores et déjà une réelle perte qui devra être compensée. Et les renforts ne devront pas avoir comme unique but celui de combler un vide numérique mais amener une réelle plus-value, une dose d’expérience nécessaire si le matricule 1 veut poursuivre son ascension. Passer de la deuxième division à l’Europe en deux ans est une performance remarquable, surtout que le retour au sein de l’élite est intervenu après douze années de purgatoire et que le bon rythme a vite été trouvé, mais les dirigeants anversois sont ambitieux et n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin. En faisant parapher un contrat de deux ans en janvier à Lior Refaelov, arrivé en prêt du FC Bruges en début de saison, ils se sont donné une chance d’éviter un exode massif des cadres, même si cette prolongation n’est pas une fin en soi.

Blessé à Burnley

Un joueur, qui n’a absolument pas le même profil que le buteur congolais sur le départ mais pouvant apporter de l’expérience à un groupe en évolution, pourrait arriver très vite sur les tablettes de Luciano D’Onofrio et consorts. Il s’agit d’une vieille connaissance de la Jupiler Pro League : Steven Defour, auteur d’une saison cauchemardesque à Burnley, où il n’a disputé que neuf matches sur 42 possibles en raison de pépins physiques à répétition.

Quitter la Premier League pourrait constituer un pas en arrière, mais le principal intéressé n’y est pas opposé. Durant le dernier mercato hivernal, la direction anversoise avait lancé ses filets pour le faire venir quelques mois en prêt, mais l’opération n’avait pas été conclue. Et elle ne désespère pas de trouver un accord avec Burnley, où il est encore sous contrat jusqu’au 30 juin 2020. Steven Defour n’a plus l’obligation de performer au plus haut niveau avec l’Euro 2020 dans le viseur, lui qui a pris congé définitivement des Diables rouges suite à sa non-sélection pour le Mondial russe. Il veut juste profiter de trois dernières années - selon ses propres dires -, et un retour sur le sol belge le tente assez bien, dans l’absolu. Sous la direction de Laszlo Bölöni, il a d’ailleurs été champion au Standard. Le coach roumain n’est toutefois pas certain de poursuivre l’aventure. Ses bonnes relations avec Luciano D’Onofrio pourraient s’avérer suffisantes.

Notre sélection vidéo