Oliver (6) meurt d’une méningite foudroyante car personne ne prend son cas au sérieux: des ambulanciers et médecins pensaient qu’il exagérait…

Photos
Capture The Mirror
Capture The Mirror

Oliver Hall, un enfant de 6 ans de Halesworth en Angleterre, est mort le lendemain de ses premiers symptômes en octobre 2017, comme l’indique la BBC.

Selon Georgie et Bryan, les parents de l’enfant, Oliver avait commencé à se sentir mal le 23 octobre. Mal de tête, douleurs au ventre et à la mâchoire et fièvre. La maman avait appelé l’hôpital à 9h50, mais n’avait pu obtenir un rendez-vous qu’à 15h50.

Mais de nouveaux symptômes apparaissaient de plus en plus vite. Durant la journée, l’enfant devenait sensible à la lumière et avait des éruptions cutanées sur tout le corps. La maman appelait alors les secours et une ambulance arrivait avec deux ambulanciers paramédicaux.

Perdre trop de temps avec les « mères trop anxieuses ».

Ces derniers, en voyant l’enfant, ont levé les yeux au ciel car ils ne croyaient pas qu’il avait une méningite. Ils l’ont accusé d’exagérer et n’ont même pas prêté attention à ses éruptions cutanées. Selon la maman, ces ambulanciers ont même insinué que les parents étaient allés vérifier les symptômes de la méningite sur internet. Selon eux, ils passent une trop grande partie de leur temps à s’occuper de « mères trop anxieuses ».

Une fois arrivé à l’hôpital, l’enfant fut rapidement renvoyé chez lui car les médecins ne prenaient pas son cas au sérieux et pensaient qu’il s’agissait d’un simple virus. « Ils m’ont assuré qu’il allait assez bien pour rentrer à la maison. Ils ont rejeté l’idée qu’il pouvait avoir une méningite. On m’a dit que tout allait bien et que je devais faire confiance aux professionnels », explique la maman au Mirror.

Capture Daily Star
Capture Daily Star

Mais dans la soirée, l’état de l’enfant se détériorait encore, et les parents devaient emmener eux-mêmes Oliver dans un autre hôpital, à 45 minutes de chez eux, car aucune ambulance n’était disponible. Il est mort quelques heures plus tard, après un arrêt cardiaque.

« Il aurait survécu sans problème »

Contrairement à sa maladie, la prise en charge de l’enfant a été extrêmement lente et chaotique, ce qui a conduit à sa mort, selon ses parents. « Si les médecins avaient vu que c’était une méningite, nous aurions pu agir beaucoup plus tôt », a déclaré la maman.

Le professeur Nigel Klein, spécialiste des maladies infectieuses et d’immunologie, a aussi déclaré qu’il pensait qu’Oliver « aurait survécu sans problème » si les médecins de l’hôpital avaient posé rapidement un diagnostic et l’avaient soigné. Mais il était trop tard quand le bon diagnostic a été posé. Son infection, qui « ressemblait à un véhicule roulant à grande vitesse, allait déjà alors si vite que rien n’aurait pu la freiner », a-t-il indiqué au tribunal.

Le procès devrait encore durer quelques jours.

Notre sélection vidéo