Mobilisation pour aider une maman (33) atteinte d’un cancer qui semble incurable à Verviers: selon les médecins, ses jours sont comptés

Birgül peut compter sur le soutien de sa famille et de ses proches.
Birgül peut compter sur le soutien de sa famille et de ses proches. - D.R.

L’histoire de la famille Güler, et particulièrement celle de Birgül (33), a de quoi émouvoir. Arrivée en Belgique en 2009, elle a rejoint son mari installé depuis deux ans à Verviers. Faisant partie de la communauté kurde, il a fui le pays pour des raisons politiques, laissant derrière lui femme et enfants. En venant en Belgique, elle pensait vivre une vie meilleure. C’était sans compter les refus des autorités à lui délivrer, à elle et sa famille, des papiers, ainsi que sa maladie

En Belgique, Birgül a donné naissance à deux filles. Si les trois premières grossesses se sont passées normalement, la dernière a été un véritable calvaire.

Selon les médecins, ses jours sont comptés

Birgül est admise à l’hôpital universitaire de Louvain où elle passe encore 13 chimios. Si l’espoir revit à mesure que le cancer rétrécit, ce n’est que pour une courte durée. L’espoir persiste toutefois avec le centre d’immunologie et d’oncologie de Cologne (IOZK). Mais un problème de taille se présente alors : le traitement ne coûte pas moins de 60.000€.

Pour récolter les 60.000 € du traitement, la communauté kurde de Belgique et d’Europe s’est beaucoup mobilisée.

Malheureusement, depuis le lundi 4 juin, Birgül est aux soins palliatifs au centre de soins Saint-Joseph de Plombières. Selon les médecins, ses jours sont comptés, mais la famille garde espoir. Si l’issue devait être fatale, le père de famille s’est déjà promis de rendre l’argent. « Les dons doivent bénéficier au traitement, il ne veut pas profiter des autres comme ça ».

Notre sélection vidéo