Pedro Alonso (La Casa de Papel): «Quand on m’a dit que Berlin allait mourir, j’ai eu besoin de 2-3 jours pour m’en remettre»

Pedro Alonso, accompagné de sa femme.
Pedro Alonso, accompagné de sa femme. - Photo News

Il y a quelques semaines, les fans de la série Netflix « La Casa de Papel » ont poussé un ouf de soulagement en apprenant qu’il y aurait bel et bien une suite au braquage le plus célèbre de l’histoire du petit écran.

La présence d’un des acteurs de la série au 59e Festival de Télévision de Monte-Carlo était donc indispensable. Mais ce n’est pas n’importe quel acteur qui a accordé un peu de temps aux nombreux fans présents du 14 au 18 juin à Monaco. Car Pedro Alonso, alias Berlin dans la série, était également là en tant que membre du jury du Festival. Un honneur pour l’Espagnol de 47 ans qui, malgré une mort certaine à la fin de la saison précédente, sera bien de la partie dans les prochains épisodes.

Pedro Alonso et d’autres membres du jury.
Pedro Alonso et d’autres membres du jury. - Photo News

Souriant et bien conscient que c’est le succès de la série qui a fait sa renommée, il a accepté de répondre à nos questions :

Pedro, tout d’abord, un petit mot sur votre rôle dans le jury du Festival.

J’adore les premières fois, et je n’avais jamais été membre d’un jury dans un si grand festival. J’étais venu l’année dernière en tant qu’acteur de « La Casa de Papel » et cela s’était super bien passé. Je suis un grand fan de séries et j’ai dû en regarder une vingtaine pour pouvoir faire partie du jury. Quand on les enchaîne, on se rend bien compte de ce qui est bien et moins bien. Mais je m’amuse beaucoup au sein du jury.

Pour en revenir à la série, on croyait Berlin mort…

La vie m’a appris à ne pas me projeter. Je ne savais d’ailleurs pas, au début, que Berlin allait mourir. Quand on m’a dit que Berlin avait une maladie dégénérative en phase terminale, j’ai été surpris. Il m’a fallu 2-3 jours pour m’en remettre et je ne savais pas comment digérer cette information. Mais j’ai pris ça comme une opportunité et, au final, c’était une super scène à jouer, qui apportait encore une autre dimension au personnage. C’était un acte héroïque.

Les fans n’ont su que très récemment qu’il y aurait une suite à la série, vous la saviez depuis le début ?

Non, nous n’étions pas au courant non plus, et ça a été une surprise pour nous aussi.

Et vous n’avez pas eu peur que cela se fasse sans vous, car jusqu’il y a peu, Berlin n’était plus de ce monde, et ce n’est que dans la bande-annonce que l’on a découvert que vous étiez toujours en vie…

J’essaye, au quotidien, de ne pas travailler avec des attentes spécifiques. J’étais déjà très reconnaissant d’avoir pu jouer dans la série et j’essaye de vivre dans le présent. Donc je n’ai pas eu peur, je ne me suis pas posé de question. Je suis ravi d’être à nouveau de la partie, et curieux de voir ce qu’il va arriver à Berlin.

Vous avez donc retrouvé toute la bande de « La Casa de Papel », comment se passent les relations entre les différents acteurs au quotidien ?

Je les déteste… (rires). Au départ, ça a été difficile. Les premiers mois n’ont pas été faciles car nous sommes tous très différents. Mais très vite, on a senti un engagement professionnel très fort des uns et des autres. On a commencé à avoir beaucoup d’affection, à s’aimer beaucoup. On s’amuse beaucoup, et je pense que les gens s’en rendent compte à travers la série.

Notre sélection vidéo