Un homme se coupe le pénis et le conserve au congélateur avant que sa mère ne le jette à la poubelle: «Je n’ai jamais été aussi heureux»

Un homme se coupe le pénis et le conserve au congélateur avant que sa mère ne le jette à la poubelle: «Je n’ai jamais été aussi heureux»

Trent s’est coupé le pénis ainsi que les testicules afin de devenir ce qu’on appelle un « Nullo », abréviation de «  genital nullification  » (négation génitale en français). Il s’agit d’un terme qui se réfère aux personnes ayant connu une modification corporelle, telle que l’ablation des organes génitaux. Ces personnes ne sont pas nécessairement des personnes transgenres. En effet, il peut s’agir d’hommes eunuques, asexuels ou homosexuels.

l’Américain de 23 ans a décidé de sauter le pas, inspiré par un célèbre « nullo », appelé Gelding. Trent a suivi ses traces en se coupant lui-même ses propres testicules ainsi que son pénis à l’aide d’un couteau en céramique. Une intervention chirurgicale improvisée qui n’a pas fait peur au jeune homme : «  Honnêtement, je n’ai pas eu de problème avec la douleur. J’ai utilisé un peu d’agent anesthésiant, un peu de lidocaïne, et j’ai pris cinq milligrammes d’oxycodène ».

Ensuite, Trent a conservé son pénis dans un congélateur (qui a par la suite été jeté à la poubelle par sa mère) avant de se rendre à l’hôpital pour se faire recoudre : « Les médecins ont veillé à ce que je reçoive un traitement psychiatrique, juste pour s’assurer que j’étais sain d’esprit et que c’était une bonne décision. Les thérapeutes et le personnel psychiatrique ont dit ‘ Oui, c’est étonnant, mais il est sain d’esprit…’ ».

Depuis l’ablation de ses parties intimes, Trent est épanoui : «  Je n’ai jamais été aussi heureux. Je me sens plus moi. Je me sens, je suppose, plus libre dans un sens. C’est un peu difficile à décrire. », explique-t-il. « Plus que je suis censé être, au fond. Je me sens plus comme le moi que j’ai toujours senti que j’étais. », a-t-il ajouté.

À un niveau plus intime encore, le jeune homme affirme avoir des relations sexuelles plus intenses qu’auparavant : « Pour la première fois, j’ai presque perdu connaissance de plaisir. C’était un orgasme intense ».

Trent dit être plus heureux que jamais et explique que l’ablation de ses organes génitaux lui a permis de vaincre sa dépression.

Notre sélection vidéo