Abonnez-vous pour 1€

Theo Francken: «Pour moi, il y a des lignes rouges qui ne peuvent être franchies mais non, le Vlaams Belang n’est pas raciste!»

Exclusif
Theo Francken: «Pour moi, il y a des lignes rouges qui ne peuvent être franchies mais non, le Vlaams Belang n’est pas raciste!»

Nous avons longuement rencontré Theo Francken qui nous accorde un entretien exclusif dont voici un extrait, plutôt interpellant :

Si cela ne dépendait que de vous, vous iriez au gouvernement avec le Vlaams Belang ?

Je suis opposé au cordon sanitaire, c’est un fait…

Mais on peut être contre le cordon sans aller jusqu’à gouverner avec eux ?

Pour moi, il y a des lignes rouges qui ne peuvent être franchies. Si le Belang veut retirer des droits aux homosexuels, c’est non, jamais avec moi. S’ils ont un discours raciste, contre les droits humains, c’est non, jamais avec moi… La N-VA est pour un nationalisme inclusif : la première secrétaire d’État d’origine allochtone, c’était Zuhal Demir, une N-VA. Idem pour la première bourgmestre, Nadia Sminate, à Londerzeel, en 2012. (…) Ce n’est pas au PTB ou chez Écolo que l’on trouve le groupe avec le plus de gens d’origine étrangère, mais chez nous à la N-VA. Si le Belang ne veut pas d’un nationalisme inclusif, pour nous, c’est non, jamais avec eux…

Pour vous, le Belang est-il un parti raciste ?

Non, il n’est pas raciste…

Retrouvez notre entretien exclusif avec Theo Francken

Theo Francken a ses « lignes rouges » à ne pas dépasser : les voici

« Le Gouvernement a fait une erreur qui me fâche »