Coup de tonnerre dans le monde du cyclisme: Philippe Gilbert ne participera pas au Tour de France!

Exclusif
©News
©News

Y aurait-il un malaise entre Deceuninck et Philippe Gilbert, vainqueur, entre autres, du Tour des Flandres et de Paris-Roubaix pour le team qu’il a rejoint en 2017 ? Ce mercredi, la première équipe du classement mondial confirmera en tout cas, deux heures avant le départ de la semi-classique Halle-Ingooigem, l’absence du Wallon au Tour 2019, rendez-vous pour lequel il se prépare depuis l’hiver dernier.

L’information, qui a fuité dans le journal L’Equipe au vif agacement du manager Patrick Lefevere s’appuie sur des événements que la direction sportive de Deceuninck commentera ce mercredi. Compte tenu de la forme de chacun (Viviani, Morkov, Lampaert, Asgreen, Mas en Suisse), des souhaits des autres (Viviani veut un lanceur comme Sabatini, Alaphilippe un équipier fidèle comme Devenyns, alors que Stybar vient de prolonger), sans parler de celle de Gilbert étincelant au Dauphiné et motivé comme jamais, il fallait faire des choix.

Les comptes sont vite faits, huit coureurs, c’est peu, mais dans tous les cas, dès l’hiver, il était hors de question de se passer de Philippe Gilbert, icône du cyclisme international et porte-drapeau de Deceuninck à travers le monde, a fortiori lors d’un départ à Bruxelles. Et vainqueur d’un Paris-Roubaix inoubliable.

Le silence choisi par toutes les parties pourrait aussi s’expliquer par une divergence de points de vue par rapport à l’avenir de Gilbert chez Deceuninck. Lefevere n’a jamais proposé deux ans de contrat à un « vieux » serviteur, comme ce fut le cas avec Museeuw, Bettini, ou plus récemment Boonen. Depuis fin avril, le Liégeois n’a jamais eu de nouvelles à cet égard, alors que, entre-temps, Alaphilippe, Devenyns ou Stybar ont prolongé.

Mais jamais le Flandrien n’a écarté d’une sélection pour le Tour un coureur de la dimension de Gilbert, sous prétexte qu’il « aurait » signé ailleurs ou qu’il n’aurait plus voulu de ses services. Un exemple marquant fut celui de Kittel qui avait choisi Katusha avant de remporter cinq étapes sous le maillot de Quick Step. Gilbert est premier « réserviste » dans la sélection pour le Tour. Autant écrire qu’il n’en prendra pas le départ, au grand dam, en premier, d’Eddy Merckx.

Notre sélection vidéo