Abonnez-vous pour 1€

Formation flamande: pour la N-VA, le CD&V et l’Open Vld doivent expliquer pourquoi ils refusent certaines formules

Formation flamande: pour la N-VA, le CD&V et l’Open Vld doivent expliquer pourquoi ils refusent certaines formules
Isopix

Depuis plusieurs semaines, le président de la N-VA Bart De Wever sonde le terrain politique afin de former un nouveau gouvernement flamand. Le président des nationalistes a déjà organisé trois tours de table avec le Vlaams Belang. Cependant, la N-VA et le parti d’extrême droite n’ont pas de majorité. Un troisième parti est donc nécessaire pour former une coalition mais le CD&V ainsi que l’Open Vld refusent de gouverner avec le Vlaams Belang.

Selon Peter De Roover, chaque parti doit préciser clairement ses intentions en termes de majorités et de programme. Sa formation politique a également un certain nombre « d’attentes et de lignes rouges », a-t-il poursuivi. Les partis ne peuvent pas rejeter un éventuel programme gouvernemental simplement parce que le Vlaams Belang le soutient, d’après la N-VA.

La députée Barbara Pas, négociatrice pour le Vlaams Belang, a par ailleurs indiqué à « De Ochtend » que des discussions sur le fond avaient déjà eu lieu avec le formateur Bart De Wever. « Il y a des mesures sur la table. Je suis très curieuse de savoir quelle sera la réaction des autres partis, car je pense qu’il n’y a pas grand-chose à y objecter. »

« Jusqu’à quand la N-VA abusera de notre patience ? »

La présidente de l’Open Vld, Gwendolyn Rutten, a convoqué Cicéron et ses Catilinaires pour répondre aux propos du chef de groupe N-VA à la Chambre, Peter De Roover, à propos du Vlaams Belang. « Quousque tandem abutere, @Bart_DeWever, patientia nostra ? », a-t-elle tweeté, ce qui veut dire : « Jusqu’à quand, Bart De Wever, abuseras-tu de notre patience ? ».

Le formateur du gouvernement flamand, Bart De Wever, mène un troisième tour de consultation avec le seul Vlaams Belang jusqu’à présent. Interrogé mercredi matin sur la VRT, M. De Roover a interpellé le CD&amp ; V et l’Open Vld, potentiels partenaires de coalition, pour connaître les raisons qui les empêcheraient de gouverner sur la base d’un programme soutenu par le parti d’extrême-droite, et le cas échéant si cette piste est praticable.

Les libéraux flamands ont dit et répété qu’ils ne gouverneraient pas avec le Vlaams Belang. Ils ont renvoyé la N-VA vers les déclarations de Mme Rutten il y a une dizaine de jours dans l’émission « Ter Zake ». La présidente de l’Open Vld renvoie vers le programme séparatiste du VB, sa volonté de supprimer la Commission européenne, les déclarations de certains de leurs membres et mandataires sur les homosexuels, etc.

L’Open Vld répète qu’elle attend de M. De Wever qu’il fasse la clarté sur ses intentions à l’égard du VB. Et, à ses yeux, l’attente commence à être longue.