Abonnez-vous pour 1€

Formation du gouvernement à Bruxelles: après un raté à l’allumage, les négociations à six ont démarré

Formation du gouvernement à Bruxelles: après un raté à l’allumage, les négociations à six ont démarré
Isopix

Au menu principal des premiers échanges autour de la note mise sur la table par les formateurs Rudi Vervoort (PS) et Elke Van den Brandt (Groen) : la méthodologie et l’agenda de travail en vue d’aboutir autour du 21 juillet. Cette échéance a une nouvelle fois été évoquée lundi à son arrivée par Rudi Vervoort.

Participent aux travaux, deux représentants par formation, aidés d’un « sherpa » (conseiller).

Sont ainsi présents lundi, Rudi Vervoort (formateur) et Laurette Onkelinx (négociatrice), pour le PS ; Alain Maron et Zakia Khattabi, pour Ecolo ; Olivier Maingain et Bernard Clerfayt, pour DéFI ; Elke Van den Brandt (formatrice) et Arnaud Verstraeten (négociateur), pour Groen ; Guy Vanhengel et Sven Gatz, pour l’Open Vld ; Pascal Smet et Willem Stevens, pour one.brussels-sp.a.

À son arrivée au parlement bruxellois où les réunions seront organisées, Olivier Maingain s’est réjoui de voir la négociation être lancée de manière « plus officielle » (ndlr : après quelques réunions de groupes ’techniques’). À ses yeux, c’est aussi un signal positif de la contribution de Bruxelles à la stabilité des institutions du pays .

« Les négociations ont déjà commencé », a dit pour sa part Rudi Vervoort.

Au niveau du contenu de la note de Rudi Vervoort transmise il y a plus d’une semaine, « il y a des passages difficiles pour tout le monde », a commenté pour sa part Sven Gatz sans être plus précis. L’élu libéral a également jugé qu’il n’était pas impossible que la Région bruxelloise ait un gouvernement d’ici le 21 juillet.