De nombreux vélos électriques ont été volés à l’aide de fausses cartes d’identité: «Ça rapporte beaucoup plus que vendre de la drogue»

Un tel vélo électrique peut facilement atteindre les 3.000 euros.
Un tel vélo électrique peut facilement atteindre les 3.000 euros. - GDS

« On nous vole tellement que l’on pourrait presque ajouter ces dépenses dans notre plan financier », soupire Marcel, gérant de la boutique de vélo Bike Your City, à Uccle. « Aujourd’hui, voler des vélos électriques rapporte beaucoup plus que vendre de la drogue. Et c’est nettement moins risqué », constate Amor, gérant du bike-shop Velofixer, sur le boulevard Anspach.

Les deux vendeurs révèlent avoir été volés à plusieurs reprises avec la même méthode. Un homme se présente au magasin et prétend vouloir tester un vélo. Il laisse une pièce d’identité comme preuve de bonne foi et part faire un tour avec le deux-roues qui l’intéresse, généralement un modèle très coûteux. Une fois sorti, l’individu ne revient pas. Et le magasin perd une somme importante.

► Les vendeurs déplorent cette situation délicate.

► Marcel et Amor sont désormais plus attentifs : « Il y a des profils-types de voleurs... »

Notre sélection vidéo