Policiers profiteurs: un nouveau rapport accablant sur le service Rapatriements de la police aéronautique (vidéo)

Vidéo
Policiers profiteurs: un nouveau rapport accablant sur le service Rapatriements de la police aéronautique (vidéo)

Il y a deux ans, on découvrait que certains agents chargés des rapatriements de personnes en séjour illégal profitaient de ces missions pour réserver aux frais de la police des hôtels de luxe, et parfois même s’offrir les services de prostituées.

Quatre-vingt-deux points d’action ont été imaginés pour régler la situation, mais pratiquement rien n’a été mis en place. Un comité de pilotage avait par exemple été mis sur pied pour vaincre cette culture d’abus mais a été annulé après seulement quelques réunions car « selon ses membres il n’apportait pas de plus-value ».

Le rapport d’audit est accablant. L’inspection générale pointe notamment le manque d’implication dans la lutte contre ces pratiques du commissaire-général actuel.

«Plus de la moitié des recommandations déjà réalisées», réagit la police fédérale

Plus de la moitié des recommandations formulées en 2017 après un audit qui avait mis au jour une culture d’abus au sein du service Rapatriements de la police aéronautique de Zaventem ont déjà été réalisées, affirme samedi la police fédérale, en réaction à des informations contraires de VTM NIEUWS. Ces recommandations font l’objet d’un monitoring permanent, tant en interne qu’avec l’Inspection générale, indique une porte-parole, pour qui il est faux de dire qu’on laisse couler. Un nouvel audit de suivi a d’ailleurs été réalisé par l’Inspection et fait état d’une réalité un peu moins terne que celle publiée par VTM basée sur un rapport datant du début de l’année, a appris Belga à bonnes sources.

« Ce suivi est systématique, à intervalles réguliers et de différentes manières », indique la porte-parole de la police. « De toutes les recommandations, plus de la moitié ont déjà été réalisées, les autres sont en cours de mise sur pied. Certaines mesures prennent plus de temps que d’autres à être implémentées. Il faut assurer la continuité du service et nous veillons à ce que les missions de rapatriement soient menées de façon adéquate, humaine et correcte, ce qui est le cas. Nous n’avons pas eu connaissance de nouveaux incidents. »

L’Inspection générale a réalisé un nouveau rapport de suivi, postérieur donc à celui sur lequel se base VTM NIEUWS. Il en ressort que pour 23 % des 82 recommandations, aucune action n’a encore été entreprise, quand VTM NIEUWS faisait état de 36 %. Selon le dernier rapport, 34 % des recommandations ont par ailleurs été totalement implémentées, 29 % sont en cours d’instauration et 14 % en préparation. Dans l’ancien rapport cité par VTM, ces pourcentages étaient respectivement de 22 et 21 % et seuls 21 % avaient été finalisés.

Des sources bien informées démentent également l’information selon laquelle le comité de pilotage chargé de la mise en œuvre de ces recommandations aurait été rapidement supprimé. Cependant, le groupe aurait décidé, sur impulsion du commissaire-général, d’opérer via une autre méthode de suivi plus pragmatique et simplifiée.

Notre sélection vidéo