Abonnez-vous pour 1€

L’informateur Bart De Wever publie une note de départ pour les négociations en Flandre: Jan Jambon chargé de former une coalition suédoise

L’informateur Bart De Wever publie une note de départ pour les négociations en Flandre: Jan Jambon chargé de former une coalition suédoise
Isopix

Selon cette note, la Flandre doit pouvoir concurrencer les grands pays scandinaves. Le futur gouvernement flamand veut aider au moins 120.000 Flamands à trouver un emploi ces prochaines années. Objectif : un taux d’emploi de 80 %. La note prévoit aussi que la Flandre devienne une « référence mondiale » en termes d’innovation, de transformation digitale et de technologie.

Par ailleurs, Jan Jambon a été nommé formateur. Il doit former une coalition suédoise !

La note de départ prend en compte la responsabilité et la solidarité comme principes directeurs.

La fin du couplage entre négociations flamandes et fédérales

Aucune discussion pertinente n’est encore intervenue depuis les élections au niveau fédéral, a affirmé Bart De Wever.

Une coalition avec le CD&V et l’Open Vld est le seul choix réaliste, a-t-il indiqué, selon des participants à la réunion.

Selon M. De Wever, une coalition flamande avec le CD&V et le sp.a aurait compté une trop courte majorité. Il est également apparu que le Vlaams Belang n’est pas un parti de gouvernement, affirme le président du parti nationaliste.

« Nous respectons le choix de Bart De Wever en Flandre. Mais je veux être clair. Le PS veut une politique plus sociale et plus juste aussi au niveau fédéral », a rapidement réagi sur Twitter le président du PS, Elio Di Rupo. « S’imaginer que le PS pourrait faire l’appoint et dépanner les anciens partenaires de la coalition suédoise pour former un gouvernement fédéral, relève de l’illusion. »

Pas de signaux religieux à l’école et une couverture sociale après cinq ans

Dans sa note d’intention pour former le gouvernement en Flandre avec une majorité « suédoise », l’informateur plaide pour une « neutralité convictionnelle » dans l’enseignement officiel et les administrations locales. Il propose également d’instaurer un délai avant de pouvoir bénéficier de la couverture sociale flamande : toute personne qui en ferait la demande devrait au préalable avoir vécu cinq ans de manière ininterrompue, légale et effective en Belgique.

Les résidents devraient aussi reconnaître intégralement et s’impliquer dans la communauté flamande, précise cette note. Pour pouvoir prétendre aux allocations familiales, les nouveaux arrivants devraient en outre patienter six mois. La Flandre ne doit laisser personne de côté « mais personne ne doit non plus laisser la communauté de côté », souligne la N-VA. « Nous attendons de tout Flamand, ancien ou nouveau, qu’il prenne ses responsabilités et fasse de grands efforts pour saisir les nombreuses opportunités qu’offre la Flandre. »

Autre aspect sociétal abordé : le port de signes religieux dans les écoles et administrations publiques. Les nationalistes flamands défendent une interdiction du voile, des croix et autres signes conventionnels visibles, valable pour les professeurs comme pour les élèves de l’enseignement communautaire, provincial ou communal. Cette mesure s’appliquerait également aux services de l’administration flamande et aux employés communaux en contact avec les citoyens.