Joëlle Scoriels arrive sur France 2: elle devient chroniqueuse piquante pour Daphné Bürki

Joëlle Scoriels arrive sur France 2: elle devient chroniqueuse piquante pour Daphné Bürki
Isopix

Ce sera le cas pour le talk-show animé chaque jour dès 15h05 par Daphné Bürki, « Je t’aime etc. ». L’émission accueillera régulièrement de nouveaux chroniqueurs. Parmi eux, ou plutôt elles, une féministe habituée des plateaux télé, Isabelle Alonso (c’est dans la bande d’» On a tout essayé » de Ruquier sur la même chaîne qu’elle s’est fait connaître du grand public) et une animatrice belge qu’on ne présente plus : Joëlle Scoriels. La présentatrice de « 69 minutes sans chichis » a été repérée pour son côté piquant en interview, entend-on. Vrai ? La jolie brune préfère évoquer un « concours de circonstances ». Et remercier deux personnes clés : Stéphane Ribeiro (auteur pour des animateurs français) qu’elle a rencontré lors d’un « 69 minutes sans chichis et qui a parlé d’elle à l’équipe de « Je t’aime etc. » et François Tron, le directeur de la télé de la RTBF, qui, longtemps, a occupé le poste équivalent à France Télé. Ses chroniques radio (sur La Première) sous le bras, Joëlle Scoriels a donc été accueillie fin juin à France 2 pour un premier échange. Et ça a matché !

Entre « 69 minutes » à « Je t’aime etc. », une émission qui aborde la sexualité et l’amour, n’y aurait-il qu’un pas ? Joëlle sourit. Si elle sera présente en plateau une fois par semaine – premier enregistrement le 28 aout – elle le sera au titre de chroniqueuse qui sait trouver le ton pour s’adresser à l’invité du jour. « Que ce soit avec une déclaration d’amour, un côté drôle, fantaisiste, sans concession ou même une touche « cradingue » qui me fait rire. » L’exercice est neuf pour Joëlle mais comme elle le dit : « me semble quand même à ma portée à l’heure de la rentrée des classes ».

Que les fidèles téléspectateurs de la RTBF se rassurent : Joëlle Scoriels ne quitte pas la Belgique pour la France. Elle reste beaucoup trop attachée à son « bébé » « 69 minutes sans chichis » qu’on retrouvera donc à la rentrée. D’ailleurs, la télé française n’a jamais « été un objectif » pour elle. On se souvient qu’il y a quelques années, c’est Christophe Dechavanne qui aurait aimé la faire travailler outre-Quiévrain…

Ici, dans ce talk-show quotidien décontracté (et très regardé aussi), Joëlle ne ressens aucune pression. « Pas de concurrence, acharnée, et ce sont surtout le fun et la bienveillance qui ressortent de cette émission où on répond aux questions du quotidien, entre le profond et le très léger. »

Premiers résultats sur les antennes de France2 dans 15 jours pour voir si Joëlle, les téléspectateurs de France « l’aiment etc. » aussi. Mais on a aucun doute là-dessus !

Notre sélection vidéo