Critiques, pression et blessure: Eden Hazard vit un départ encore plus compliqué que prévu au Real Madrid

Vidéo

À la Casa Blanca, personne ne doute du talent intrinsèque d’Eden Hazard, ni les joueurs, ni le staff, ni les supporters, ni les observateurs. Mais à la sortie d’une saison vierge, honte suprême pour un club aussi mythique, et au regard du montant colossal déboursé, le Real avait couché 100 millions d’euros cash (+ une quarantaine en bonus), il était donc prévisible que les moindres faits et gestes du Brainois soient épiés.

Donner l’impression d’une surcharge pondérale et devoir attendre le sixième des sept matches de préparation pour se montrer décisif, c’en était déjà trop pour les médias madrilènes, qui s’en sont donné à cœur joie. « Hazard est revenu avec sept kilos en trop et n’en a perdu que la moitié », « C’est un très bel artiste qui se situe quelque part entre Isco et Cristiano Ronaldo, mais beaucoup plus proche du premier », pouvait-on lire dans la presse locale. Même les fans n’étaient pas tendres. Voilà qui tranchait avec le climat d’euphorie collective présent à Madrid le 13 juin, quand la présentation de la nouvelle recrue avait attiré pas moins de 50.000 aficionados dans les travées du Santiago Bernabeu.

Dans la capitale, on peut être adulé un jour et raillé le lendemain. « Après la finale de l’Europa League tout le monde ici trouvait qu’il était génial, maintenant on entend qu’il est gros et qu’il ne sait pas marquer. Eden Hazard va devoir s’attendre à être critiqué, même sans réel fondement, tout simplement parce que l’impatience est reine en Espagne et encore plus à Madrid. Pourtant, il faudrait se rendre compte qu’il découvre une langue, un pays, un championnat, un club. Le minimum est de lui laisser du temps », glisse Frédéric Hermel, correspondant pour L’Equipe et pour RMC, basé à Madrid depuis 26 ans.

►►► Eden Hazard est attendu au tournant à Madrid: «Il doit être le joueur qui redonne espoir aux supporters»

►►► L’arrivée de Neymar pourrait finalement être bénéfique au Belge dans son développement personnel!

►►► Pas de chance pour le Diable : il n’a connu qu’une seule grosse blessure, celle à la cheville en 2017

Notre sélection vidéo