Abonnez-vous pour 1€

Le CRA-W, au service des agriculteurs et des citoyens

Vidéo
Le CRA-W, au service des agriculteurs et des citoyens

Fondé en 1872, le Centre wallon de Recherches agronomiques (CRA-W) est un organisme scientifique public dépendant du Gouvernement wallon. Il emploie 430 scientifiques.

« Le CRA-W a 3 missions », explique Françoise Thilmany, coordinatrice qualité. « D’une part la recherche pour améliorer l’agriculture et permettre aux agriculteurs de pouvoir utiliser des techniques plus innovantes, d’améliorer l’alimentation de leurs animaux et la production de leurs cultures. D’autre part, des services. On met à leur disposition des laboratoires pour analyser certains éléments et des outils informatiques qui vont leur permettre de prendre les bonnes décisions en fonction du contexte. Enfin, notre troisième mission est de réfléchir à ce que va être l’agriculture de demain et d’être un appui aux questions et décisions politiques. »

Le CRA-W ne s’adresse donc pas seulement aux agriculteurs/éleveurs/horticulteurs/sylviculteurs. Mais aussi aux opérateurs du secteur agro-alimentaire, aux citoyens et aux autorités publiques.

« Le CRA-W fait des recherches et propose des services aux agriculteurs pour que l’agriculture d’aujourd’hui et de demain diminue l’impact qu’elle a sur l’environnement. Il s’agit d’obtenir une agriculture plus durable, qui soit économiquement rentable pour l’agriculteur tout en lui permettant de proposer des produits de meilleure qualité, plus sains et aussi en utilisant moins de ressources naturelles.»

CONSEILLER LES AGRICULTEURS

Le digital est assez présent au CRA-W. « On informatise et on automatise beaucoup de choses. On réfléchit aussi à des modèles informatiques pour tester des scénarios dans le but de conseiller aux agriculteurs les pratiques les plus adaptées en fonction de leur situation. Le digital sert aussi à modéliser des fermes pour les améliorer le plus possible.»

Deux exemples concrets de l’utilisation du digital au CRA-W au service des agriculteurs et des citoyens :

► « On développe des outils informatiques en utilisant des capteurs pour vérifier la pression des maladies aux champs. Exemple : le mildiou dans les cultures de pommes de terre. On va croiser ces résultats avec des données météo. Et en se basant sur nos connaissances par rapport au développement de la maladie, on va pouvoir aider les agriculteurs à utiliser des produits de protection pour les plantes aux moments les plus opportuns plutôt que de pulvériser tout le temps. Les agriculteurs sont contents, parce qu’économiquement, ils utilisent moins de produit. En plus, c’est plus efficace. Et puis, ils sont conscients que l’environnement est leur outil de travail et qu’ils ont intérêt à le préserver. »

► « Nous mesurons les gaz à effet de serre produits par les ruminants. Ils rejettent des gaz qui ont un impact sur le changement climatique. Nous avons développé différents systèmes, soit au niveau des distributeurs automatiques d’aliments, soit sous forme de chambres dans lesquelles on place les animaux, de manière à mesurer les gaz qu’ils émettent lors de l’ingestion des aliments. Ça nous permet de caractériser ce qu’un ruminant rejette dans l’atmosphère, mais également d’améliorer son alimentation pour diminuer ses rejets et donc l’impact sur le réchauffement climatique. »