Le rôle d’Amazon, Microsoft et Intel pointé du doigt dans le développement des armes autonomes

Photo d’illustration
Photo d’illustration - Isopix

L’organisation néerlandaise PAX a sondé les principaux acteurs de ce secteur hautement stratégique et a classé 50 entreprises selon trois critères : développent-elles des technologies permettant de créer des « robots tueurs » ? Travaillent-elles sur des projets militaires liés à ces technologies ? Ont-elles promis de s’abstenir d’y contribuer dans le futur ?

L’usage de l’intelligence artificielle pour permettre à des systèmes d’armement d’automatiquement choisir et attaquer des cibles a provoqué d’importants débats éthiques au cours des dernières années. Pour certains critiques, on pourrait même assister à la troisième révolution de l’art de la guerre après les inventions de la poudre et de la bombe nucléaire.

« Pourquoi est-ce que les entreprises comme Microsoft et Amazon ne nient pas qu’elles sont actuellement en train de développer ces armes hautement controversées qui pourraient décider d’elles-mêmes de tuer, sans implication humaine ? », demande Frank Slijper, principal auteur du rapport publié lundi.

Vingt-deux entreprises représentent une « inquiétude moyenne » pour les auteurs du rapport, dont l’analyse se porte sur 12 pays à travers le monde. Parmi elles, le japonais SoftBank, notamment connu pour son robot humanoïde Pepper.

La catégorie « haute inquiétude » compte 21 entreprises, dont Amazon et Microsoft, qui essaient tous les deux de passer un contrat avec le Pentagone pour fournir à l’armée américaine l’infrastructure de son « cloud » (service de stockage de données en ligne).

Google et six autres entreprises sont dans la catégorie « bonne pratique ». L’année dernière, Google a renoncé à courir pour le contrat du Pentagone sur le « cloud », car il pourrait être en contradiction avec ses « principes » en matière d’intelligence artificielle.

Le géant californien avait expliqué ne pas vouloir s’impliquer dans des « technologies qui sont ou pourraient être nocives » et « des armes ou d’autres technologies dont le but principal ou la mise en œuvre causeraient ou faciliteraient l’atteinte physique aux personnes ».

Notre sélection vidéo