Explosion d’un bateau en Espagne: les cinq Tubiziens qui étaient à bord sont gravement brûlés, deux ont été rapatriés en Belgique

L’embarcation contenant les 5 Tubiziens a soudainement explosé jeudi dernier.
L’embarcation contenant les 5 Tubiziens a soudainement explosé jeudi dernier. - Dep.Cas.

En l’espace de quelques secondes, des vacances paisibles sous le soleil espagnol ont tourné au véritable drame pour cinq habitants de Tubize.

Deux couples, Claudiu (41 ans) et Simona Lupascu (40 ans) ainsi que Patricia Wauthier (56 ans) et Giuseppe Lopes (56 ans) accompagnés de leur fils Sébastien (34 ans), ont été gravement blessés par l’explosion du bateau de plaisance dans lequel ils se trouvaient.

Située dans la marina de Benicarló près de Valence, l’embarcation a soudainement explosé alors que les cinq Tubiziens étaient accompagnés de l’ancien propriétaire du bateau.

Patricia et Giuseppe dit Pino Lopes.
Patricia et Giuseppe dit Pino Lopes. - FB

Des témoins ont affirmé avoir vu deux personnes être littéralement projetées dans la mer et les quatre autres occupants du véhicule sauter dans l’eau à travers les flammes. Ils ont également déclaré avoir entendu une explosion dans le port et presque directement une colonne de fumée s’échappait de l’esquif de 5 mètres de long.

Un couple déjà rapatrié

Aucun décès n’est à déplorer, mais parmi les malheureux, le couple Lupascu et Sébastien Lopes ont été les plus gravement atteints. Ce dernier est brûlé à environ 60 %, tout comme Simona Lupascu. Son mari Claudiu, quant à lui, est meurtri sur 70 % de son corps.

À l’heure d’écrire ces lignes, Claudiu et son épouse ont d’ores et déjà été rapatriés en avion vers le centre des grands brûlés de Neder-Over-Heembeek. Sébastien et Giuseppe Lopes (32 %) ont suivi ce jeudi alors que Patricia, la victime présentant le moins de séquelles (25 %) sera rapatriée à son tour aujourd’hui.

Sébastien Lopes.
Sébastien Lopes. - FB

Contacté par nos collègues de Het Laatste Nieuws, le responsable du centre des grands brûlés de l’hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek explique pourquoi les cinq Tubiziens sont restés aussi longtemps en Espagne avant d’être transportés en Belgique : « Cela peut paraître étrange, mais c’est normal. Les patients doivent d’abord être stables. Un patient brûlé perd énormément d’humidité parce que sa peau n’existe plus. Cette pénurie doit être remplacée par d’énormes quantités d’eau physiologique et autres solutions. Parfois, il faut 20 litres en 24 heures pour survivre. »

Le couple Lupascu.
Le couple Lupascu. - FB

Si on a pu commencer à rapatrier les victimes c’est que leur état le permet, selon le spécialiste. Toujours dans les colonnes de Het Laatste Nieuws, le médecin s’exprime aussi sur la gravité des blessures de trois de ses futurs patients : « il est clair que les victimes sont en très mauvais état puisqu’ils sont brûlés à 60 % et 70 %. Nous n’allons pas mentir sur ce sujet. C’est dangereux pour leurs vies. Nous allons faire le maximum pour sauver et aider ces personnes qui seront opérées bientôt », conclut-il à nos collègues néerlandophones.

Contacté par nos soins, Benoît Langendries, conseiller communal était choqué par la nouvelle : « Je connais Simona Lupascu depuis quelques années et il s’agit vraiment d’une sale nouvelle ! Je suis vraiment peiné d’apprendre que des Tubiziens ont été meurtris comme cela. En tout cas, si je peux aider en toute humilité les familles, je le ferai », assurait-il.

Sébastien Baillet

Notre sélection vidéo