Le PS contre la décision de Di Antonio

Photo prétexte.
Photo prétexte. - Freddy Hauglustaine

Il y a quelques semaines, le ministre wallon Carlo Di Antonio prenait une décision dans le dossier épineux de la RN25 : à partir du 1er janvier 2020, les véhicules lents y seront interdits. Un choix qui a fait couler beaucoup d’encre et suscité bon nombre de réactions.

La dernière en date vient de la Fédération PS Brabant wallon qui, via un communiqué publié ce vendredi, a décidé également de monter au créneau face à cette décision prise par le ministre en affaires courantes.

Ainsi, dans le communiqué, nous pouvions lire que « ces lundi à Nivelles et mardi à Genappe, les élus communaux socialistes demanderont le vote d’une motion appelant le ministre Carlo Di Antonio à revoir sa position… »

Pour André Flahaut, à l’initiative du projet, l’adoption d’une telle motion serait une bonne chose : « il s’agirait d’une première de voir les élus de tous les partis confondus se mobiliser et faire savoir clairement qu’ils sont contre cette décision ».

Toujours dans le communiqué, le PS insiste sur le fait que « cette décision est la preuve d’un manque flagrant de connaissance du terrain brabançon wallon, et particulièrement de la difficulté pour des engins agricoles de s’y déplacer. »

Un point qu’André Flahaut relève en évoquant le passé : « à l’époque, avant de construire cette route, des garanties avaient été données aux agriculteurs notamment. Il est évident qu’il faut respecter cette parole et ne pas revenir en arrière ».

Un retour en arrière qui, de toute façon, n’est plus possible, selon l’ancien ministre de la Défense : « de nos jours, avec l’évolution des véhicules et surtout les aménagements aux abords des villes et villages, le passage de convoi agricole est impensable. »

C’est la raison pour laquelle le PS espère voir sa motion adoptée afin de trouver la meilleure solution possible. « Il faut vraiment retirer cette mesure prise par Carlo Di Antonio et finaliser une concertation avec tous les acteurs concernés. Dans ce dossier, il n’y a pas que les agriculteurs, les communes ou encore la Province sont aussi concernées », souligne André Flahaut.

Dans le communiqué, les membres du PS ne remettent pas en doute les chiffres concernant le nombre d’accidents, mais font remarquer qu’ils ne concernent pas que des véhicules lents. Dès lors, « nous prônons que des solutions alternatives soient explorées avant de prendre une décision aussi radicale », peut-on également lire.

Pierre Huart, bourgmestre de Nivelles, soulignait lui-même ceci sur les réseaux sociaux jeudi après-midi : « Clairement, en étant attentif, il n’y a aucun danger. Qu’on laisse l’accès à la RN 25 à nos agriculteurs ! ». Preuve que majorité et opposition peuvent aller dans la même direction ?

Sébastien Baillet

Notre sélection vidéo