Les Red Lions, fiers et heureux de « gagner quelque chose devant ce superbe public ! »

Vidéos
Florent Van Aubel et Arthur Van Doren.
Florent Van Aubel et Arthur Van Doren. - Belga

Bardés de la médaille d’or qui venait de leur avoir été remise quelques minutes plus tôt suite à leur victoire contre l’Espagne (5-0) en finale de l’Euro de hockey, les Red Lions affichaient bien sûr un très large sourire avant de se lancer dans une fête que l’on devinait déjà intense. Mais l’atmosphère était cependant un rien plus apaisée que jeudi soir, au sortir de leur fameuse remontada en demi-finale, contre l’Allemagne (4-2).

Boccard : « Différent de jeudi soir ! »

« C’est vrai que jeudi soir, il y avait d’abord du soulagement quand on est sortis du terrain, car on ne va pas se mentir : menés 0-2 à la mi-temps, on avait quand même eu un petit doute », reconnaissait Gauthier Boccard. « Mais ce soir c’est différent : nous sommes avant tout heureux d’avoir atteint cet objectif tant attendu ! Notre force a été de ne pas sous-estimer nos adversaires comme l’avaient sans doute fait les Hollandais en demi-finale. Et on les a ‘tués’ au bon moment ! Il ne leur fallait pas grand-chose pour nous faire peur, mais je ne les voyais quand même pas nous reprendre 4 goals ! Le final a été magnifique : c’est presque un rêve de gagner une coupe d’Europe en Belgique. »

Gougnard : « Devant les témoins de notre ascension »

Simon Gougnard enchérissait : « C’est un sentiment incroyable en effet ! Être champion du monde, c’est magique ; mais en Inde, dans un stade rempli de personnes qu’on ne connaît pas, c’est quand même une autre histoire ! Ici, on sait que la plupart des gens qui étaient présents ce soir ont été témoins de notre ascension depuis des années. Et comme je viens de le dire à Gauthier, on peut dire qu’on vit une période faste avec le titre mondial, le titre européen, et aussi cet EHL qu’on a gagné entre-temps (NDLR : avec le Watducks, et donc également en compagnie de Vanasch et Dohmen). »

Boon : « Rien ne pouvait nous arriver »

Des succès qui nourrissaient une confiance bien légitime, mais heureusement pas excessive… « Nous, nous sommes montés sur le terrain très concentrés sur l’objectif, mais je dois dire que j’avais vraiment le sentiment qu’il était écrit que rien ne pouvait nous arriver », affirmait Tom Boon. « L’énergie déployée par ce public merveilleux pendant toute la semaine y a été pour beaucoup bien sûr. Et puis il y avait l’expérience des tournois précédents. A Rio, on sait qu’on avait trop fêté notre demi-finale face aux Pays-Bas, alors on a évité de commettre la même erreur ici. »

Denayer : « On ne se voyait pas quitter Anvers sans ce titre »

« Ça aurait pourtant pu nous arriver ! », prévenait Felix Denayer. « On sait que cette demi-finale contre l’Allemagne a sans doute été le plus beau match de notre vie, alors un « down » aurait été compréhensible. Mais au contraire, on ne se voyait pas quitter Anvers sans avoir conquis ce titre devant notre public. D’autant que certains d’entre nous se sont peut-être dit que ce serait la dernière occasion de le faire avec ce formidable groupe ! »

Van Doren : « Nous pouvons être fiers »

Et Arthur Van Doren d’afficher sa fierté : « Je pense qu’il ne pouvait précisément rien arriver à un groupe animé d’une telle expérience et d’une telle maturité », analysait le meilleur joueur du monde. « Je pense que nous pouvons être fiers de ce que nous avons réalisé. »

Briels : « Le collectif a fait la différence »

De son côté, le capitaine Thomas Briels ne pouvait cacher sa satisfaction du devoir accompli : « Je suis très fier de la manière dont nous avons joué et la maturité affichée par cette équipe. Il n’y a personne qui veut faire la différence individuellement. C’est le collectif qui prime et qui nous a permis de remporter ce titre. Nous étions tellement concentrés sur notre objectif et nous avons abordé cette finale de manière tellement professionnelle que rien ne pouvait nous arriver. Je suis encore plus fier de la manière dont nous avons joué durant l’ensemble du tournoi que de ce titre de champion d’Europe. »

Vanasch : « Les enfants rêvent de devenir des Red Lions »

Pour Vincent Vanasch, à nouveau exceptionnel, et qui a rendu sa 4e clean sheet du tournoi en 5 rencontres et qui a logiquement été élu « Meilleur gardien de l’Euro » comme à Amstelveen, en 2017, ce sont les supporters qui ont emmené la Belgique vers le titre : « Le public nous a réellement porté vers la victoire. Ils nous ont donné des ailes comme en demi-finale face à l’Allemagne. Nous savions que nous devions immédiatement prendre les Espagnols à la gorge et c’est ce que nous avons fait. Nous les avons baladés dans tous les secteurs du jeu. Avec ce 5-0, il n’y a rien à dire ! Nous méritons amplement ce titre. Nous sommes très heureux car nous avons maintenant un an pour préparer les Jeux. Mais nous sommes conscients que ce sera très compliqué de remporter l’or à Tokyo. Toutefois, ce groupe est ambitieux et il n’est pas prêt à s’arrêter en si bon chemin. Nous voulons encore gagner des titres et marquer de nos empreintes l’histoire du sport belge. Les enfants rêvent à présent devenir des Red Lions et c’est peut-être cela le plus extraordinaire. »

Wegnez : « Attention car nous allons être attendus au tournant ! »

De son côté, Victor Wegnez, « Meilleur joueur du tournoi » n’arrivait pas encore à réaliser : « C’est complètement dingue ! C’est un sentiment magnifique. Lors de son briefing avant le match, Thomas Briels nous a dit, quasi en larmes, que ce serait certainement la dernière fois que ce groupe jouerait ensemble en Belgique vu l’âge de certains. Et qu’il ne fallait surtout pas avoir de regrets. Pour en revenir à cette finale, nous n’avons pas manqué de respect à cette équipe espagnole. Nous ne nous sommes pas faits manipuler comme l’ont été les Allemands en demis. Et ce score de 5-0 est réellement sans appel. C’est unique ce que nous avons vécu ce soir devant nos supporters. Nous penserons à Tokyo et aux Jeux, à partir de demain. Il faudra vite retomber les pieds sur terre car nous serons attendus au tournant. Nous devrons nous remettre directement au travail. »

Dohmen : « On a déjà envie d’être aux Jeux »

Enfin, John-John Dohmen savourait lui-aussi totalement ce titre conquis à la maison devant ses proches. « C’était un match incroyable. Le public a été fantastique. Nous avons joué en contrôlant le jeu et en faisant preuve d’une gestion parfaite. Les Espagnols ont bien débuté mais dès que nous avons marqué, nous avons pris le contrôle de cette finale. Cette qualification pour les JO va nous permettre de mettre sur pied une préparation idéale pour les Jeux de Tokyo. Nous éviterons le stress du qualificatif olympique en novembre prochain. Nous aurions dû travailler 2 mois pour préparer ces 2 rencontres délicates. Nous serons plus forts à Tokyo grâce à cela. On a tous envie d’être déjà aux Jeux. Cette équipe est exceptionnelle. On ne calcule pas nos efforts. On cherche les solutions ensemble. C’est juste génial. Nous devons continuer de la sorte. »

Notre sélection vidéo