L’homme volant s’attaque à une F1 à Francorchamps: «Je reviendrai l’an prochain avec une voiture volante qui atteint les 400 km/h!»

On sentait que ce serait un grand moment et on n’a pas été déçu ! L’interview que nous a accordée Franky Zapata était de haut vol. Un jeu de mot facile quand on rappellera, pour ceux qui croient qu’il vient du cirque, que le Marseillais a traversé la Manche le 4 août dernier. Pas à la nage mais bien en la survolant sur son Flyboard propulsé par quatre micro-turboréacteurs. Trois semaines plus tôt, il s’était envolé dans les airs lors du défilé du 14 juillet, en tenue de militaire et devant le président Macron.

Zapata ne fait pas de cinéma. Ses exploits sont bien réels. On parle de lui comme d’un précurseur à la limite du fou volant. Déjanté le Français ? On peut affirmer en tout cas que cet ancien champion du monde de jet-ski n’a pas froid aux yeux !

Le premier essai qu’il effectue avec son Flyboard avait failli tourner au drame. « J’ai eu les bouts de deux de mes doigts qui ont été arrachés dans les turbines et la machine s’est écrasée contre le mur de mon atelier. Les bouts étaient arrachés jusqu’à l’os. Mais cela a repoussé petit à petit. J’ai eu beaucoup de chance », avoue-t-il ce mercredi midi, juste avant de partir en voiture pour la Belgique. Il a dû convaincre Krystel, son épouse, avant de pouvoir remonter sur son engin. « Au début, elle ne voulait pas mais elle savait que c’était ma passion ».

« À l’école, on ne prône pas assez la persévérance, l’engagement, l’intelligence en société et l’intelligence émotionnelle »

Le couple revient de Bali où il a pris du bon temps avec Matt, son fils de dix ans. « C’est important de consacrer aussi du temps à la famille. On a fait du surf. Mon fils est un passionné, comme moi, de trucs futuristes. Il adore le monde de Marvel ».

Dès ce jeudi, l’homme, qui connaît bien la Belgique pour y être venu à de nombreuses reprises, fera des essais à Spa-Francorchamps. « Je connais très bien le circuit. Je me mesurerai ce samedi et ce dimanche, à une Formule Un ».

« Le but n’est pas de gagner. Je peux atteindre une vitesse maximale de 200 km/h. Mais la prochaine fois que je reviendrai, avec ma voiture volante, je l’emporterai », assure-t-il.

Son futur monoplace-drone pourra atteindre les 400 km à l’heure

Daltonien et dyslexique, il a arrêté l’école à 16 ans

► « La Manche, c’était le défi de ma vie » : interview exclusive

Notre sélection vidéo