Emilio Ferrera, l’invité du samedi: «Au Standard, j’étais assis entre deux chaises»

Exclusif
Emilio Ferrera, l’invité du samedi: «Au Standard, j’étais assis entre deux chaises»

Après un passage à Anderlecht et un autre au Standard, Emilio Ferrera (52 ans) a filé au grand-duché du Luxembourg pour retrouver un poste de T1. À Dudelange, il continue son chemin tortueux, toujours guidé par la même passion. Comme souvent, il devra rebâtir une équipe qui a réussi à atteindre, pour la deuxième année consécutive, les poules de l’Europa League.

Comment avez-vous abouti à Dudelange ?

C’était un concours de circonstances. Normalement, j’étais au Standard pour trois ans. Mais la presse a annoncé qu’un nouvel assistant allait arriver sans que je sois au courant. Cela a entraîné certains contacts à l’extérieur.

Qu’est-ce qui vous a fait choisir ce projet ?

Premièrement, je n’avais pas mille possibilités. Deuxièmement, il faut savoir que le projet qui me lie à Dudelange n’est pas unique puisque le propriétaire est également celui de Virton et de Kaiserslautern. Je suis donc rentré dans un projet global. La première phase porte sur la campagne européenne de Dudelange, mais aussi la restructuration du club puisque pratiquement tous les joueurs sont partis à Virton et que je dois composer avec 26 nouveaux joueurs.

> Sa fin prématurée et son (mauvais) rôle au Standard, ses détracteurs, son parcours abrupt à Anderlecht… Il n’élude aucun sujet dans nos éditions digitales !

► Tous nos articles STANDARD pour 1€ pendant 3 mois !


Notre sélection vidéo