Décès d’Antoine Hubert: «La formation des pilotes n’est pas à remettre en cause», estime Bertrand Baguette

Décès d’Antoine Hubert: «La formation des pilotes n’est pas à remettre en cause», estime Bertrand Baguette

Ancien champion de Formule Renault 3.5 et actuel pilote officiel Honda au Japon, le Belge Bertrand Baguette est revenu sur l’accident qui a coûté la vie au pilote français de Formule 2 Anthoine Hubert et blessé l’Américain Juan Manuel Correa samedi à Spa-Francorchamps.

S’il fait désormais carrière en SuperGT au Japon et en GT3 avec Honda, Bertrand Baguette est un pur produit de la fillière monoplace, ayant notamment remporté le titre en Formule Renault 3.5 en 2009. Il revient pour Belga sur l’accident mortel d’Anthoine Hubert. Et notamment à propos des simulateurs et des dégagements asphaltés après les déclarations du Canadien Jacques Villeneuve au micro de la RTBF ce samedi.

« Il est clair que les simulateurs ne cessent d’évoluer et de se rapprocher de la réalité. Mais on se rend bien compte de la différence entre un simulateur et une vraie voiture de course. Certes, les simulateurs donnent des indications précises sur le comportement de la voiture, mais ils ne parviennent pas à simuler les forces G (NDLR : la force physique subie par un pilote au volant) que l’on prend quand on est au volant. Pour moi, il n’y a aucune comparaison à faire entre les deux. Les pilotes ont bien conscience du danger. »

Baguette rejoint néanmoins l’avis de l’ancien champion du monde de F1 concernant les dégagements asphaltés. « Avec un bac à graviers, Giuliano Alesi ne serait peut-être jamais revenu sur la piste et les pilotes garderaient une marge en abordant le Raidillon. La formation des pilotes n’est pas à remettre en cause », conclut le pilote belge. « Anthoine Hubert avait beaucoup d’expérience. Il avait gagné absolument partout avant d’arriver en Formule 2 ».

Notre sélection vidéo