Le Syndicat Neutre pour Indépendants veut que les commerçants puissent publier les images de certains faits criminels sur les réseaux sociaux

Le commerçant ne peut diffuser ses photos de voleurs sur FB.
Le commerçant ne peut diffuser ses photos de voleurs sur FB. - D.R

Le SNI vient encore d’être interpellé par plusieurs indépendants et ce n’est pas une première. Certes depuis un peu plus d’un an, les commerçants peuvent publier les images de vidéosurveillance sur leurs écrans placés dans leur commerce.

Pour le SNI, cette législation ne va pas assez loin. « Ainsi, il est en effet interdit de partager les images de faits criminels sur les médias sociaux. Il en va de même pour l’affichage sur la porte de son magasin », nous dit-on au SNI. « Pourtant, selon une enquête que nous avons réalisée, 18 % des commerçants partageaient déjà les images de faits criminels qui s’étaient produits dans leur établissement, sur Facebook, YouTube et autres médias sociaux. Bien souvent par exaspération. 88 % des commerçants ne comprenaient pas pourquoi ils ne pouvaient pas partager les images de certains faits criminels sur leurs médias sociaux », nous dit la présidente Christine Mattheeuws.

Le SNI plaide donc pour que les commerçants puissent diffuser en ligne des images de certains faits criminels et que le partage soit possible sous certaines conditions.

Découvrez tous les détails de ce projet.

► Le ministre Ducarme est ferme : les voleurs payeront leurs victimes  !

Notre sélection vidéo