Mons: Said Hakimi libéré sous bracelet électronique

Said Hakimi
Said Hakimi - E.G.

Fin juin, une dizaine de perquisitions avaient été menées dans le Borinage. Dans cette affaire de stupéfiants, une grosse centaine de policiers avait été mobilisée. Plusieurs individus avaient été interpellés. Parmi eux : Saïd Hakimi, défendu par l’avocat Fabian Lauvaux. Il était déjà impliqué dans le dossier Hakimi/Pauwels avec son frère Farid, le dossier des home-jackings violents.

En juin dernier, après son interpellation, il était donc retourné en détention. Deux mandats d’arrêt lui avaient alors été décernés, précisent nos confrères de la DH : un pour association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants et un autre pour non-respect des conditions de sa libération dans le dossier Pauwels/Hakimi. Il n’avait pas respecté le couvre-feu et il était entré en contact avec d’autres protagonistes de l’affaire. Certains, dont Said Hakimi, apparaissent dans les deux affaires.

Les deux enquêtes suivent leur cours, le jeune homme reste inculpé, mais il est maintenant sorti de prison, placé de nouveau sous bracelet électronique. La décision a été prise par la chambre des mises en accusation de Mons qui a rendu deux arrêts : il est placé sous bracelet dans les deux dossiers.

Le 17 septembre prochain, la justice montoise se penchera de nouveau sur le vaste dossier Hakimi/Pauwels. On y compte au moins 27 inculpés. Ils sauront alors s’ils seront renvoyés devant le tribunal correctionnel ou pas.

Notre sélection vidéo