Les commerçants hutois expriment leur ras-le-bol face aux toxicomanes qui squattent les rues: «On attend qu’un enfant se fasse encore poignarder?»

Jeremy Witmeur (Chez mimi) et Axel Volon (ATE informatique).
Jeremy Witmeur (Chez mimi) et Axel Volon (ATE informatique). - A.D.

Cette situation n’a que trop duré pour Jérémy Witmeur. Il invite les autres commerçants hutois à se joindre à lui. « J’aimerais mettre en place un comité de bienveillance afin de nous faire entendre par monsieur Collignon. Marre de ce lieu de non-droit. On attend quoi ? Qu’un gamin se fasse encore poignarder  ? »

► Très vite, d’autres commerçants se sont joints à la cause.

Les langues des commerçants hutois se délient  

Christophe Collignon a réagi  

Notre sélection vidéo