Marche: des techniciens du Parc des Virunga (Congo) en formation chez ORES

Trois techniciens du parc Virunga ont été accueillis dans le centre de formation d’Ores à Aye (Marche-en-Famenne).
Trois techniciens du parc Virunga ont été accueillis dans le centre de formation d’Ores à Aye (Marche-en-Famenne). - Bruno Bosilo

Consacré depuis 40 ans au rang des sites du Patrimoine mondial de l’Unesco, le Parc des Virunga s’étend sur plus de 800.000 hectares dans l’est de la République démocratique du Congo. «Un patrimoine fabuleux qui bénéficie à l’humanité toute entière, mais dont le prix est entièrement facturé à la population locale», souligne Emmanuel de Mérode, directeur du Parc des Virunga.

L’anthropologue belge était de passage à Marche-en-Famenne jeudi dans le cadre d’une formation dispensée par ORES à trois superviseurs techniques du parc. Il a notamment évoqué le rôle de ce dernier dans l’extrême pauvreté qui frappe les populations de la région des Grands Lacs. «Le parc abrite probablement l’un des territoires les plus fertiles au monde. En interdisant aux populations locales d’accéder à ses ressources, on crée un problème de justice sociale. C’est ce qui entraîne la naissance des groupes armés et le développement des trafics illégaux.»

Des trafics illégaux - bois, charbon, pêche, notamment - dont la valeur sur le marché est estimée à plus de 170 millions de dollars par an, poursuit le conservateur du parc. Pour lutter contre ce phénomène et améliorer les conditions de vie des populations proches du parc, l’Alliance Virunga dirigée par Emmanuel de Mérode a pris la décision il y a quelques années de développer une industrie locale via la construction d’un réseau de distribution d’électricité et d’unités de production d’énergie hydraulique. C’est dans cette optique qu’est née la collaboration entre le Parc des Virunga et ORES.

Tout au long du mois de septembre, trois superviseurs techniques du parc développeront leurs compétences au sein du centre de formation de Aye (Marche-en-Famenne), précise le gestionnaire de distribution. En 2015 déjà, deux ingénieurs du parc étaient venus se former aux différents aspects du métier de gestionnaire en Province du Luxembourg.

«Voilà trois ans que le réseau électrique fonctionne», poursuit Emmanuel de Mérode. «Avec l’électricité, les petites entreprises ont pu se développer et accéder au crédit. En relançant l’économie, on commence à avoir un impact réel sur la violence. Si les jeunes rejoignent les groupes armées, c’est parce qu’ils n’ont aucun choix.»

Notre sélection vidéo