Un Arlonais divorcé dénonce les lenteurs de la justice: «je veux voir mes enfants!»

L’Arlonais n’en peut plus du délai interminable imposé par la justice pour régler son dossier.
L’Arlonais n’en peut plus du délai interminable imposé par la justice pour régler son dossier. - Sudpresse

Tout le monde s’accorde à le dire, magistrats, avocats ou simples justiciables : le système judiciaire belge ne fonctionne sans doute pas de manière optimale. C’est notamment le cas en province de Luxembourg. Où les dossiers s’accumulent sur les bureaux des substituts et des juges, pas assez nombreux que pour gérer le flux continu des dossiers qui ne cessent d’arriver. C’est vrai pour le tribunal correctionnel, le tribunal de police, mais aussi pour le tribunal de la famille.

Sébastien, un père de famille de 39 ans, d’Arlon, en sait quelque chose.

« J’ai divorcé en janvier 2017. Comme mes enfants étaient en bas-âge, j’ai accepté sur les conseils d’un avocat de ne les avoir que 6.5h par semaine, d’autant que leur mère allaitait encore le plus petit. Depuis lors, j’ai entamé des procédures pour les voir davantage, mais cela traîne. En janvier prochain, cela fera trois ans »

► Un magistrat et un avocat expliquent pourquoi la justice est si lente

► Sébastien désespère : « je vis un calvaire, je veux voir mes enfants ! »

Notre sélection vidéo