Sophie Turner a reçu le prix du « Nouvel Hollywood » à Deauville : « Enfant, jouer la comédie était une distraction »

Sophie Turner a reçu le prix du « Nouvel Hollywood » à Deauville : « Enfant, jouer la comédie était une distraction »
Isopix

Rousse en Santa Stark dans la série phénomène « Game of Thrones », Sophie Turner est apparue en blonde platine très glamour, à Deauville, pour y recevoir un nouveau prix décerné au Festival du Cinéma Américain depuis peu, « Le Nouvel Hollywood », un prix récompensant un jeune talent du cinéma américain.

Sophie Turner est, par ailleurs, à l’affiche de « Heavy », de Jouri Smit, un film retraçant la descente aux enfers d’un couple de jeunes drogués, présenté ce samedi en fin d’après-midi, en avant-première, à Deauville.

C’est le rappeur français Orelsan, membre du jury cette année, qui a prononcé le discours d’hommage, non sans humour : « Sophie Turner, quand je t’ai découverte, tu avais à peine 15 ans. Je dis « tu » parce que tu as passé beaucoup trop de temps dans la télé de mon salon pour se vouvoyer ! ».

Et de poursuivre : « On t’a connu dans le rôle de Sansa Stark : Sansa le personnage le moins fun. Je crois que j’aurais préféré voir un spin-off sur l’arbre-cœur de Winterfell que sur Sansa. En 10 ans, c’est devenu un de mes personnages préférés et ce n’est pas sans rapport avec le jeu et le charisme de Sophie. On a vu une grande actrice éclore ».

« J’ai commencé la comédie à l’âge de treize ans, sans savoir jouer. Pour moi, jouer la comédie était une distraction, a expliqué la jeune comédienne de seulement vingt-trois ans mais déjà très mature. Je n’ai pas eu l’enfance d’une enfant ordinaire. J’aurais parfois préféré faire mes études au collège avec mes amis. Aujourd’hui, je rattrape le temps perdu en prenant des cours de criminologie à l’université, je danse depuis toute petite et j’aime aussi la peinture. Mais si c’était à refaire, je ferais de même. »

La jeune carrière de cette actrice britannique ne se limite pas à « Game of Thrones » , la série qui l’a fait connaître aux yeux du monde entier. Elle a très vite enchaîné film indépendant et grosse production comme cet été où elle était la très puissante Jean Grey dans « X-Men : Dark Phoenix » de Simon Kinberg.

Avant de partager l’affiche de « Heavy » de Juri Smit, projeté à Deauville pour l’occasion : « Je ne pouvais pas refuser ce rôle, a expliqué Sophie Turner. Ce film donne à voir la maladie mentale. Elle est rarement montrée au cinéma, cela m’intéressait de jouer cette double dépendance, la dépendance à la drogue, et à un homme. Cette dépendance dans le couple est rarement filmée. »

Reste à poser un genou à terre et à jurer allégeance à Sophie Turner, comme le rappeur Orelsan y a invité le public de Deauville !

Notre sélection vidéo