Alexandre Czerniatynski, ancien Diable rouge, préface la rencontre en Ecosse: «Les Belges doivent assumer leur statut de favori»

Vidéo
Romelu Lukaku essayera de faire parler la poudre.
Romelu Lukaku essayera de faire parler la poudre. - Belga

Alexandre Czerniatynski, Diable rouge entre 1981 et 1994, détenteur de 31 sélections et auteur de 7 buts, nous explique comment aborder des rencontres comme celle de vendredi à Saint-Marin et surtout celle à venir en Écosse. « C’est, d’abord, une préparation comme si on affrontait une équipe du top car si on prend les matches à la légère, l’échec n’est plus très loin. Comme prévu, Saint-Marin n’a pas posé de problèmes. Mais dans ce genre de rencontres, il faut aussi regarder au goal-average qui est important. Connaissant les Diables rouges, je savais que Roberto Martinez prendrait ce match au sérieux car perdre des points là-bas aurait été une demi-catastrophe », explique-t-il.

« Je me souviens d’une tournée en Grèce et en Albanie en l’espace de trois jours (NDLR : il s’agissait des éliminatoires pour la Coupe du monde 1986). Nous avions été tenus en échec en Grèce avant de perdre en Albanie. Jouer en Grèce n’était pas facile mais l’Albanie était, à ce moment-là en tout cas, le petit Poucet du groupe. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie (rires), le football belge a bien évolué. L’équipe belge aussi. »

« Une équipe difficile à manier »

Au sommet du ranking FIFA, les Diables rouges ne peuvent essuyer d’échec en Écosse. « Notre sélection a désormais un statut de favori qu’elle doit assumer. Même face à une équipe du top 5 mondial, nos Diables partent favoris et cela fait plaisir de les voir assumer ce statut. Cela engendre une pression supplémentaire certes, mais nous parlons de grands joueurs qui évoluent dans les meilleurs championnats, avec les meilleurs clubs. Ils savent pertinemment bien qu’une mauvaise performance contre des équipes comme Saint-Marin serait perçue comme un déshonneur. »

Pour l’actuel entraîneur de l’Olympic Club Charleroi Farciennes, qui évolue en D1 Amateurs, la rencontre en Écosse risque d’être bien différente de celle de vendredi. « Il est peu probable que nos Diables empilent les buts. Le plus dur, comme face à Saint-Marin, sera de marquer le premier but. Car l’Écosse fait partie de ces équipes difficiles à manier. De leur côté, les visités miseront sur une phase arrêtée pour tenter de surprendre les Diables. Mais avec tout le respect que j’ai pour l’Écosse, nos Diables sont bien plus forts. C’est à eux de monter sur le terrain, de montrer leur supériorité et de jouer le coup à fond. »

Notre sélection vidéo