Hommage de Deauville à Johnny Depp, un acteur engagé: «Depuis tout gosse, on nous apprend la haine envers les autres»

Hommage de Deauville à Johnny Depp, un acteur engagé: «Depuis tout gosse, on nous apprend la haine envers les autres»
Isopix

Lunettes aux verres teintés bleu sur le bout du nez, non mesdames, vous n’auriez pas vu les yeux de Johnny Depp. L’acteur de « Ed Wood », « Edouard aux mains d’argent » ou de la série des « Pirates des Caraïbes » est bien venu recevoir un hommage pour l’ensemble de sa carrière et pour présenter son dernier film, « Waiting for the Barbarians » de Ciro Guerra.

Le film se situe dans un fort dans un désert au milieu de nulle part et à une époque indéfinie. Il dénonce toute forme de barbarie, surtout dans le chef de ceux qui détiennent le pouvoir, et principalement un colonel tortionnaire de la pire espèce, joué par Johnny Depp.

« Que l’endroit et l’époque ne soient pas définis, c’est voulu, c’est une métaphore qui doit rendre le message universel, explique l’acteur fétiche de Tim Burton. Depuis tout gosse, partout, tous les jours, on nous apprend la haine envers les autres, envers ceux qui sont différents. Je suis très fier d’avoir participé à cette adaptation d’un roman de J. M. Coetzee. Le récit montre comment quelqu’un peut abuser de son pouvoir en toute impunité ce qui est important de nos jours. »

Si Johnny Depp est apparu cet après-midi à Deauville avec des lunettes aux verres teintés bleu, c’est le regard dissimulé derrière des lunettes aux verres encore plus foncés et au look digne d’Elton John que son personnage de colonel de la police déambule dans le film : « On communique beaucoup avec le regard, c’est évident, reconnaît Johnny Depp. Ne pas montrer ses yeux est significatif car ce sont eux qui permettent d’exprimer ses sentiments, de lire dans ses pensées. J’ai dû faire passer les émotions différemment. D’autant que mon personnage est très statique, il a très peu de mouvements du corps. Il est figé dans son physique comme dans ses principes ».

« L’idée essentielle était assez stratégique, très intellectuelle, poursuit Johnny Depp. C’est son parcours personnel qui explique la cruauté de mon personnage. Un personnage qui m’intéresse parce que, selon moi, sa dureté est une façon de se protéger. Il a créé un mur autour de lui et se cache derrière comme un petit enfant. »

Le comédien s’est ensuite attardé sur la polémique née d’une publicité pour Dior à laquelle il a participé et qui lui vaut à présent des accusations de racisme : « C’est regrettable que ces accusations viennent de personnes qui n’ont pas vu la pub en entier. J’ai beaucoup de respect pour les peuplades du Nord. On les a rencontrées et on est très respectueux de la civilisation amérindienne. A aucun moment nous n’avons exploité un quelconque peuple indigène à travers cette pub. J’espère qu’on trouvera un accord pour éteindre cette polémique ».

Ce soir, lors de l’hommage prononcé par Catherine Deneuve, Johnny Depp s’est dit très honoré et fier de ce que, en même temps, dans un autre Festival, sa fille, Lily-Rose Depp, était aussi honorée.

Notre sélection vidéo