Fusillade à Liège: Maxime, jeune policier père de famille, est sorti du bloc opératoire, son pronostic vital toujours engagé (vidéos)

Vidéos
Les jours de Maxime Pans sont en danger.
Les jours de Maxime Pans sont en danger. - Montage SP/Ph.B

Lundi matin, une riveraine a contacté le 100 pour signaler un individu visiblement ivre au volant de sa voiture, celle-ci étant mal stationnée, non loin de chez la dame. L’homme était endormi et le moteur de sa voiture tournait. Le but de la voisine était de porter secours à l’homme et l’empêcher de reprendre la route dans son état. Les ambulanciers ne souhaitaient pas se rendre sur les lieux sans un service de police en soutien, c’est la raison pour laquelle les deux policiers sont arrivés sur place.

Les policiers ont dû réveiller l’individu et ont procédé à une fouille. Pendant que l’homme se faisait fouiller, il a sorti une arme et tiré à bout portant sur l’un des policiers, Maxime Pans (33 ans). Directement, le second a riposté et a touché l’agresseur qui est décédé dans les heures qui ont suivi.

L’agresseur déjà condamné

L’agresseur, un trentenaire d’origine belge, a été condamné en 2010 pour trafic de stupéfiants, mais n’a plus eu de soucis avec la justice depuis plus de 4 ans, a déclaré lundi une porte-parole du parquet de Liège. « Il n’avait a priori pas le profil d’un membre du grand banditisme et de quelqu’un de violent », a-t-elle poursuivi. Cependant, deux couteaux ont été retrouvés à bord de son véhicule.

Le pronostic vital du policier toujours engagé

En milieu d’après-midi, la porte-parole de la zone de police de Liège a apporté des informations sur l’état de santé de la victime, Maxime Pans. « Notre collègue est sorti de la salle d’opération. Il est aux soins intensifs. » Le pronostic vital de l’homme âgé de 33 ans et père d’un enfant de 5 ans et de jumeaux de 2 ans, est toujours engagé.

Le policier, tout d’abord déclaré en mort cérébrale, a vu son état s’améliorer dans le courant de la journée. C’est la raison pour laquelle il a finalement été opéré à l’hôpital de la Citadelle, a précisé le chef de corps de la police de Liège, Christian Beaupère, au cours d’une conférence de presse à l’hôtel de police de Liège. La victime faisait partie des services de police depuis une dizaine d’années. Il était très apprécié et était vu comme un mentor par ses collègues. L’ensemble de l’unité est sous le choc, une stress team a été mise en place.

Christian Beaupère est revenu sur les risques que présente le métier de policier, et le manque de moyens mis en place pour leur sécurité. Christine Defraigne, première échevine de Liège, a exprimé le soutien de tout le collège à la famille de la victime. Elle a poursuivi : « il existe un véritable danger pour nos policiers. La société dans laquelle nous vivons est de plus en plus violente. Il faut donc être solidaire. Nous ne lésinerons pas sur les moyens pour assurer leur sécurité. »

Ce même jour devaient avoir lieu les Fastes de la police de Liège. Compte tenu de la situation, les célébrations ont été annulées.

Notre sélection vidéo