JO 2020: Niels Thijssen, le coach des Red Panthers, voulait surtout éviter l’Espagne

photo news
photo news

Pour Niels Thijssen, le coach des Panthers, « avoir hérité de la Chine, n’est pas particulièrement un avantage », confie-t-il. « Nous voulions surtout éviter l’Espagne. Les trois autres pays, Irlande, Inde et Chine étaient sur un même pied avec chacun des avantages et des inconvénients », ajoute le tacticien néerlandais.

L’Espagne a en effet énormément progressé ces derniers mois, prenant sans discussion la mesure de la Belgique en phase de poules du dernier Euro d’Anvers et empêchant ainsi les Panthers de se hisser dans le dernier carré. « Le problème avec l’Inde, outre le long déplacement, c’était que cette équipe nous connaît bien. Jouer l’Irlande devant leur public, très expressif, n’aurait pas été simple non plus. La Chine, c’est encore différent, avec une autre culture du hockey et une obligation permanente de faire attention à l’hygiène. »

La Chine n’a plus jamais manqué sa qualification pour les JO depuis 2000, avec en point d’orgue une médaille d’argent lors de ses Jeux de 2008 à Pékin. Elle a terminé 6e à Londres en 2012 et 9e à Rio en 2016. Elle fut également 3e de la Coupe du monde de 2002, mais seulement 16e du dernier mondial en date, à Londres en 2018. « Même si ces résultats sont quelque peu en baisse depuis quelques années, cela reste une nation avec une histoire bien plus prestigieuse que la Belgique », prévient Thijssen.

L’équipe belge ne suivra pas le même mode d’acclimatation qu’elle avait adoptée en avril dernier lorsqu’elle s’était déjà rendue à Changzhou pour son match de Pro League contre les Chinoises (partage 3-3 avec un succès 4-3 aux shoot-outs). « A l’époque nous étions restés dans nos habitudes du fuseau horaire européen pour éviter le ’jet lag’», éclaircit encore le coach belge.

« C’était nécessaire parce que les échéances se suivaient en Europe de manière très rapprochées par la suite. Cette fois nous arriverons une semaine à l’avance. Nous devrions conserver le même hôtel qu’en Pro League, juste aux abords du terrain du Jiangsu Wujin Hockey Training Centre où se déroulera les deux rencontres. »

Si 18 joueuses seront du voyage en Asie, elles seront 23 Panthères à s’entraîner durant les mois de septembre et octobre avec l’équipe nationale tout en se consacrant aussi à leurs clubs pour le championnat national, qui reprend cette semaine et entamera sa pause hivernale après le 13 octobre.

« La sélection finale des dix-huit ne se fera pas trop tard, mais pas trop tôt non plus », conclut Thijssen en guise de boutade.

Notre sélection vidéo