Philippe Gilbert dans la bonne échappée au Tour d’Espagne: «On avait l’ambition de gagner avec James Knox, on est déçu»

photo news
photo news

Le Liégeois était avec le Français Rémi Cavagna, l’Argentin Maximiliano Richeze et le Britannique James Knox dans une attaque partie très tôt à l’assaut des trois difficultés de la journée.

« Ce n’était pas évident. Il y avait 50km de vallée avant d’aborder le premier col », a expliqué Philippe Gilbert au micro d’Eurosport. « On est sorti à un ou deux kilomètres avant la première montée avec un groupe de costauds. On a bien collaboré. Avec quatre coureurs de la même équipe, on était en bonne position. Richeze a fait un bon travail dans les vallées, Rémi a fait un très beau travail dans les montées pour éviter les attaques et les repousser le plus longtemps possible. On a joué l’attaque ensuite avec James Knox. »

C’est finalement le Danois Jakob Fuglsang (Astana) qui s’est imposé en solitaire au terme de 17,8 kilomètres de montée finale, à la grande déception du Britannique. « On avait l’ambition de gagner en tant qu’équipe et lui aussi », a ajouté Philippe Gilbert. « C’est bien de voir un coureur déçu quand il ne gagne pas, parce que l’autosuffisance n’aide pas et ça montre le caractère. C’est une Vuelta très dure avec plus de 65.000m de dénivelés, pour comparer au Tour de France, c’est à peine 45.0000. Il y beaucoup de dénivelés et ça monte très vite, donc ça fait mal. »

Philippe Gilbert a appris avant le début de cette étape qu’il fait bien partie de la sélection belge pour les championnats du monde du 22 au 29 septembre dans le Yorkshire. « Heureusement, c’est officiel », a souri le Liégeois. « On va surtout aligner une équipe très forte et j’espère que l’on pourra faire un beau travail d’équipe et jouer le titre ».

Notre sélection vidéo