Qualifications Euro 2020: l’Allemagne se rassure, les Pays-Bas carburent

photo news
photo news

Renversée par les Pays-Bas à Hambourg vendredi (4-2), l’Allemagne s’est un peu rassurée en battant 2 à 0 l’Irlande du Nord à Belfast, qu’elle rejoint en tête du groupe C des qualifications pour l’Euro-2020 avec 12 points.

Les Néerlandais sont, eux, allés l’emporter facilement (4-0) en Estonie et comptent 9 unités, mais avec un match de moins que la Mannschaft et les Nord-irlandais.

Il a fallu un éclair de son latéral gauche Marcel Halstenberg — une volée du gauche puissante dans la lucarne opposée sur un centre fuyant — pour mettre l’Allemagne sur la voie d’un succès précieux dans la course à la qualification à l’Euro (1-0, 48e).

Une victoire logique face à des Verts généreux et soutenus par le bouillant et festif public de Windsor Park, mais trop maladroits.

Le sélectionneur Michael O’Neill avait désigné la défense rajeunie de l’Allemagne comme son principal point faible et ses joueurs se sont attachés à mettre une forte pression lors des phases de relance à terre.

Dès la 7e minute, une passe hasardeuse vers l’axe de Toni Kroos, acculé le long de la touche, était ainsi déviée vers Conor Washington, mais l’attaquant de Hearts of Midlothian, pas très agile, voyait Manuel Neuer sortir et fermer son angle de tir le temps qu’il arme sa frappe.

L’Allemagne accélère en seconde période

De même, tout à la fin du premier acte, Washington n’était pas assez prompt pour reprendre un centre tendu de Stuart Dallas devant le but.

Après vingt premières minutes sous pression, l’Allemagne a progressivement mis le pied sur le ballon, même si ses approches sont restées laborieuses.

Timo Werner s’est créé deux grosses occasions de près (27e, 45e+1), mais il a fait surtout briller le jeune gardien irlandais Bailey Peacock-Farrell (22 ans), qui a repoussé encore l’échéance sur une tentative de Lukas Klostermann (46e).

Au retour des vestiaires, cependant, les hommes de Joachim Löw ont accéléré et ont été rapidement récompensés pour leur supériorité technique.

Les occasions de break ratées par Klostermann (51e), Serge Gnabry (52e), Marco Reuss sur coup-franc (56e), ou Kai Havertz, de la tête (69e), ont laissé l’Allemagne à la portée d’un exploit irlandais.

Mais Gnabry a fini pas tuer tout suspense sur un contre à l’entrée dans le temps additionnel (2-0, 90e+1).

Mi-octobre, l’Allemagne devra aller s’imposer en Estonie pour accroître ses chances de qualification, avant de recevoir le Bélarus et l’Irlande en novembre pour clore son parcours dans ces éliminatoires.

Notre sélection vidéo