Fédération Wallonie-Bruxelles: «Des mesures progressistes, mais il faudra veiller à leur financement»

Fédération Wallonie-Bruxelles: «Des mesures progressistes, mais il faudra veiller à leur financement»

« On est face à des mesures qualifiées de +progressistes+, mais je suis inquiet quant à leur financement », réagit Roland Lahaye, le nouveau secrétaire général de la CSC-Enseignement interrogé par Belga.

« Je suis très prudent quant à un retour de flammes à l’avenir où l’on serait amené à nous dire qu’il n’y a pas l’argent. On en arriverait alors à une situation où il faudrait sabrer dans les emplois d’ici quelques années ».

Attachée à l’objectif de mixité sociale au sein des écoles, la CSC n’a pas raté l’annonce par l’arc-en-ciel de la révision prochaine du décret régissant les inscriptions dans le secondaire.

« On attend de voir quelles seront les propositions concrètes, mais j’espère qu’on n’ira pas dans une logique d’achat d’école, comme on achète une pomme au magasin où le premier arrivé est le mieux servi », insiste le syndicat chrétien.

Celui-ci déplore aussi le -nouveau- report de l’entrée en fonction de la réforme de la formation initiale des enseignants, qui sera portée de trois à quatre années pour les instituteurs et les régents.

Le dernier accord sectoriel de l’enseignement prévoyait en effet une série de concertations à mener parallèlement à l’entrée en fonction de cette réforme, notamment sur le barème qui sera appliqué aux nouveaux enseignants formés en quatre ans. Avec ce report d’un an, ces discussions sont donc mécaniquement postposées.

Au rayon des éléments positifs inscrits dans cette déclaration de politique communautaire (DPC), la CSC-Enseignement salue le renforcement de l’encadrement dans le maternel, l’ambition de la future majorité de travailler sur la taille des classes, ainsi que sur la gratuité de l’école. « C’est toutefois une satisfaction mesurée. On n’ouvre pas le champagne, notamment en raison des inconnues sur le financement ».

Quant à l’enseignement supérieur, M. Lahaye prend note de l’ambition de la future coalition de refinancer le secteur à hauteur de 50 millions d’euros, mais attend de voir ici aussi comment tout cela sera mis en œuvre.

Dans l’attente de la désignation prochaine (vendredi sans doute) du nouveau ministre de l’Education, la CSC estime qu’il serait peut-être judicieux de ne pas y désigner un ministre libéral. « Ça ne facilitera pas les relations sociales… », juge Roland Lahaye.

Notre sélection vidéo