Le syndicat des propriétaires salue l’abandon de l’encadrement strict des loyers par le gouvernement wallon

DR
DR

«Les bailleurs reviennent de loin en regard du projet PS-Ecolo qui voulait renforcer les outils de régulation pour pouvoir lutter contre les loyers abusifs», estime le président du SNPC Olivier Hamal. «Il s’agissait de mettre en place un véritable encadrement des loyers et permettre aux locataires de contester leurs loyers dès qu’ils auraient dépassé 10% du loyer médian des grilles indicatives wallonnes. Or, on le sait, la situation géographique du bien n’est pas le seul critère pour définir un loyer. Son état est tout aussi déterminant. Nous avons dénoncé une approche à sens unique entraînant un nouveau déséquilibre et des discriminations vis-à-vis des bailleurs. Rien n’était en effet prévu pour les problèmes d’impayés et les dégâts locatifs. Le texte de la DPR (Déclaration de politique régionale) est beaucoup plus équilibré et il s’agira d’abord d’analyser et non d’imposer directement.»

En matière de fiscalité immobilière, le futur gouvernement wallon entend soutenir les propriétaires occupants, via l’introduction d’une réduction fiscale forfaitaire sur le précompte immobilier (100 euros selon le négociateur MR Willy Borsus) et l’augmentation de l’abattement fiscal sur les droits d’enregistrement pour l’habitation propre et unique. «L’instauration d’un système comparable à ce qui existe à Bruxelles est intéressant, mais notre préoccupation principale reste l’équilibre global de la fiscalité», souligne M. Hamal. Il explique craindre la levée de taxes supplémentaires ces prochaines années, notamment à d’autres niveaux de pouvoir. «Il n’y a pas que la Région qui dispose de leviers fiscaux, les provinces et les communes aussi.»

Le SNPC ajoute en outre qu’il se montrera vigilant aux mesures environnementales. Ainsi, l’équipe arc-en-ciel PS-MR-Ecolo prévoit notamment qu’"une estimation de la consommation en énergie du bien loué, sur base du certificat PEB, sera intégrée à la grille indicative des loyers.» «Depuis plusieurs années déjà, nous ne manquons pas d’attirer l’attention de nos membres sur le fait que les candidats locataires (ou candidats acheteurs) sont de plus en plus attentifs dans leur choix, à un bon rapport loyer-charges potentielles et notamment de chauffage. Les propriétaires ont dès lors intérêt à faire des investissement économiseurs d’énergie. Et pour les bailleurs, ils ne sont pas non plus obligés de recourir aux primes de la Région et de garder toute leur liberté de fixer comme ils l’entendent leur loyer», conclut Olivier Hamal.

Notre sélection vidéo