Plusieurs dossiers d’allocations de chômage indûment perçues

Plusieurs dossiers d’allocations de chômage indûment perçues

L’auditeur du travail a ainsi réclamé une peine de travail de 100 heures et la restitution de plus de 33.000 euros à l’encontre d’un Beaurinois de 56 ans. On lui reproche d’avoir réalisé des déclarations inexactes et d’avoir touché des allocations de chômage majorées alors qu’il n’y avait pas droit.

Le prévenu a perçu celles-ci entre 2013 et 2017, alors qu’il exerçait une activité complémentaire comme réparateur en électronique. Une activité qu’il devait exécuter en soirée uniquement. Or le prévenu a étendu celles-ci à la journée également et a presté près de 1.600 heures par an dans ce cadre.

L’avocat du prévenu souhaite réduire la période infractionnelle qui est, selon lui, comprise entre le 1er janvier et le 30 septembre 2017. Il a demandé la suspension du prononcé pour son client.

Le jugement dans ce dossier sera rendu le 9 octobre.

L’auditeur du travail a aussi requis le remboursement de 77.535 euros d’allocations de chômage indûment perçues et six mois de prison à l’encontre d’une Namuroise accusée d’avoir travaillé au noir dans un restaurant entre 2004 et 2017. Ceci tout en percevant des allocations de chômage, pour un montant annuel de 6.000 euros durant 13 ans.

Pour l’auditeur du travail, peu importe la raison, cette situation était illégale. A ses yeux, il y avait une véritable intention frauduleuse.

La prévenue a reconnu avoir travaillé au noir dans le restaurant, qui n’était ouvert que le vendredi et le samedi. Son avocat a plaidé la suspension du prononcé. Quant au remboursement de la somme, elle a convenu d’une transaction avec l’Onem : le remboursement de 31.000 euros, à raison de 50 euros par mois.

L’audience a été mise en continuation au 25 septembre.

Notre sélection vidéo