Liège vient d’adhérer à un projet européen regroupant plusieurs villes victimes de terrorisme: le Carré et la place Saint-Lambert vont être sécurisés

L’objectif
? Remplacer les moyens de fortune utilisés aujourd’hui.
L’objectif ? Remplacer les moyens de fortune utilisés aujourd’hui. - Isopix

Le 29 mai 2018, Liège était la cible de son premier attentat terroriste, perpétré par Benjamin Herman. Deux ans plus tôt, c’est Nice qui était frappée par une attaque au camion-bélier sur la Promenade des Anglais. Turin a pour sa part fait face à une autre forme de violence, quand un mouvement de panique a fait plus de 1.500 blessés, en juin 2017.

Trois villes durement touchées qui ont maintenant décidé d’unir leurs efforts pour améliorer la sécurité dans les grands centres urbains. Cette collaboration a pris la forme du projet européen « PacteSur », auquel vont participer au total 14 villes réparties dans 10 pays de l’Union européenne.

Le rôle des trois villes à l’initiative du projet ? Étudier différents moyens susceptibles de prémunir les métropoles contre de nouveaux drames.

► Chacune d’entre elles est chargée de se concentrer sur un problème spécifique.

Voici ce que va faire la Ville de Liège avec un budget de 200.000 €.

► La place Saint-Lambert et le Carré serviront de terrains d’expérience.

Notre sélection vidéo