Accord de gouvernement wallon: le jeune NEET doit retrouver ses allocations d’insertion s’il s’engage dans une formation

Accord de gouvernement wallon: le jeune NEET doit retrouver ses allocations d’insertion s’il s’engage dans une formation

L’accès aux allocations d’insertion a été considérablement durci par les deux gouvernements fédéraux précédents. Ces allocations sont octroyées, au terme d’un stage d’attente de 12 mois, aux personnes sans emploi qui n’ont pas encore ou pas suffisamment travaillé et cotisé pour bénéficier d’allocations de chômage.

Les mesures des gouvernements Di Rupo (limitation à trois ans du droit aux allocations d’insertion, sauf exceptions) puis Michel (abaissement de l’âge maximal de 30 à 25 ans et obligation de diplôme pour les moins de 21 ans) ont renvoyé depuis 2015 vers le CPAS des dizaines de milliers de jeunes, surtout en Wallonie et à Bruxelles.

Il y a quatre ans, le président du PS avait dit regretter la « mauvaise mesure » prise sous son gouvernement, employant la formule « j’ai le cœur qui saigne quand je pense à ces femmes et ces jeunes qui vont être exclus ».

Il apparaît désormais, à la lecture de l’accord wallon PS-MR-Ecolo, que MM. Di Rupo et Michel se sont entendus pour que leurs partis prévoient, s’ils sont au Fédéral, « la réintégration dans les droits aux allocations d’insertion pour les NEET’s qui reprennent le chemin de la formation, par un accord entre le Fédéral et les entités fédérées. »

Ces dernières semaines, deux arrêts des cours du travail de Liège et de Namur sont venus affaiblir l’abaissement de 30 à 25 ans de l’âge maximal pour les allocations d’insertion.

Notre sélection vidéo