Accord de gouvernement wallon: le SETca dit non à une «solution au rabais» pour l’accueil et le transport des enfants

Accord de gouvernement wallon: le SETca dit non à une «solution au rabais» pour l’accueil et le transport des enfants
Isopix

«Sous prétexte de l’accès facilité au marché du travail, en répondant aux besoins des travailleurs, c’est surtout un outil de flexibilité, de dérégulation qui est créé. C’est à nouveau un sous-statut, après celui du travail associatif au niveau fédéral, du dumping entre les structures déjà existantes et celles qui seront créées sur cette nouvelle base», estime jeudi le SETca, syndicat des employés, techniciens et cadres.

«Nous ne pensons pas que les titres services soient la voie à suivre. Des structures pérennes, financées durablement qui répondent aux besoins des parents avec du personnel qualifié en suffisance, dans un environnement sécurisé et accessible à tous en fonction des revenus constituent notre cahier des charges pour le secteur. Pas question de solution au rabais», insiste le SETca dans son communiqué.

Si la CNE dit ne pas contester l’objectif du futur gouvernement «d’amplifier l’offre afin d’améliorer les chances de concilier vie familiale et vie professionnelle», elle s’oppose à la méthode employée.

«Les titres services ont un coût énorme pour les autorités publiques, non seulement le coût de leur ’émission’ mais aussi de déductibilité fiscale», souligne la Centrale nationale des employés. «La déductibilité est une ’aide sociale’ payée par tous les citoyens aux plus riches, puisque celui qui gagne très peu et ne paye pas d’impôt ne profite pas de cet avantage. Par contre, pour celui qui, sur base de revenus très importants, paye 50% d’impôts, le titre service ne coûtera que la moitié du prix», dénonce le syndicat chrétien.

Il pointe aussi les «risques en matière de responsabilité professionnelle», «immenses» selon lui. «Ce projet reste une mesure à combattre», conclut-il.

Notre sélection vidéo