Boxe: Ryad Merhy voit plus loin que le 19 octobre

Le rendez-vous est pris.
Le rendez-vous est pris. - BELGA

La ceinture du nouveau champion du monde WBA des lourds-légers (- 90,719 kilos) sera délivrée au Belge Ryad Merhy, 26 ans, 28 victoires pour une seule défaite, ou au Hongrois Imre Szello, 36 ans, 24 victoires en autant de combats, au Dôme de Charleroi, où ils s’affronteront pour le titre devant 6.666 spectateurs, le samedi 19 octobre.

«Je me prépare pour ce combat depuis que je sais qu’il va avoir lieu», a avoué le Bruxellois d’origine ivoirienne en conférence de presse, mercredi au Dôme. «C’est à dire depuis le mois de mai. J’aurai l’avantage de boxer à domicile, et donc aucune excuse en cas d’échec. Je n’en avais d’ailleurs pas à Marseille non plus, lorsque je me suis incliné face au Français Arsen Goulamirian (vainqueur par arrêt de l’arbitre au onzième round, ndlr) l’année dernière à l’occasion de mon premier essai. Mais il faut reconnaître que psychologiquement, ce n’est pas du tout la même chose. Vous me demandez par exemple si je ne crains pas d’être paralysé par la pression mais justement, je n’en ressens absolument aucune. C’est une grosse différence par rapport à Marseille...»

Merhy n’a pas encore disséqué la boxe de son adversaire. «Je sais quel genre de boxeur il est», avoue-t-il toutefois. «Il ne cherche pas forcément le coup dur, ou à toujours frapper, comme Goulamirian. Il est plus complet, et varie davantage ses coups. Mais je n’ai pas le choix. Si je veux atteindre mon grand objectif qui est de retrouver le Français pour la revanche, avec ce que j’aurai appris depuis, je dois battre Szello...»

Szello voit plus loin aussi

On pourrait croire mais à tort, que pour le Hongrois, par contre, vu son âge, le championnat du 19 octobre est une sorte d’aboutissement, et qu’il ne regarde pas beaucoup plus loin.

«Tous les combats sont importants pour un boxeur», a-t-il en effet pour sa part expliqué. «Parce que je ne serais pas ici, si je ne les avais pas tous remportés. Mais maintenant je suis à la veille de disputer le plus important de ma carrière, et ce ne sera vraiment pas le moment de concéder une première défaite. Je vais bénéficier d’une chance unique à ne surtout pas laisser passer. Je me concentre donc exclusivement sur ce championnat, depuis le début de ma préparation il y a environ cinq semaines».

Comme Merhy, Szello, qui a pourtant eu une très longue et fructueuse carrière amateure, voit (beaucoup) plus loin que le 19 octobre. Il a même refusé des bourses trois fois supérieures pour venir chercher ce titre qui doit lui permettre de viser encore plus haut.

«L’âge n’a pas tellement d’importance dans les plus hautes catégories de poids», rappelle son manager Felix Racz. «Imre aura encore de très belles années et de beaux défis devant lui, s’il gagne ici à Charleroi le mois prochain. Boxer à l’étranger ne lui fait pas du tout peur. Il a l’habitude...»

Notre sélection vidéo