Kim Clijsters sur son retour à la compétition: «La motivation est intérieure, je sens que c’est ce que je dois faire»

©Belga
©Belga

Kim Clijsters va entamer ces prochaines semaines un travail tennistique plus en profondeur pour mieux se situer en vue de son retour sur le circuit annoncé jeudi à la surprise générale. L’ex-numéro 1 mondiale, quatre fois victorieuse d’un tournoi du Grand Chelem, revient sur la scène, à 36 ans, « parce que je sens que c’est ce que je dois faire », a-t-elle expliqué lors d’une conférence de presse téléphonique.

« La motivation est surtout intérieure. Et je sens que c’est ce que c’est ce que je dois faire. Maintenant, je ne sais pas du tout situer où j’en suis et c’est très difficile pour l’instant de me comparer à d’autres joueuses  », a expliqué la Limbourgeoise. « Bien sûr, des filles comme Serena Williams, Victoria Azarenka, Mandy Minella ou Tatjana Maria peuvent servir d’exemple, mais pas plus que l’ensemble des femmes qui se remettent à travailler après avoir été maman, dans n’importe quel domaine. La motivation vient surtout de moi. »

Un processus qui s’est installé petit à petit dans la tête de Kim Clijsters qui veut revenir sur le circuit en 2020, dès janvier. « Je n’ai pas de moments déclics où je me suis dit que je revenais, c’est une combinaison de plusieurs facteurs et d’événements. J’en ai beaucoup discuté aussi avec mon entourage et mon équipe, mon agent, Bob. Je ne peux pas situer un moment décisif. L’objectif est de revenir à un certain niveau, j’ai travaillé beaucoup physiquement et les prochaines semaines seront axées sur le tennis. Je suis curieuse de voir comment cela va se passer, car c’est nouveau pour moi. J’espère que je vais retrouver un niveau raisonnable. Je veux pouvoir y aller à 100 %, mais il faut voir comment mon corps va réagir, à 36 ans, et après avoir eu trois enfants. Encore une fois je communique beaucoup avec mon équipe autour de moi. »

Kim Clijsters espère pouvoir être à l’Open d’Australie, la première levée du Grand Chelem de la saison, mais sans certitude. « Il y a toujours un doute sur les capacités physiques, c’est pour cela que l’on va lentement. Et je ne pense pas beaucoup plus loin. Bien sûr, si des choses sont possibles comme jouer le double, les JO de Tokyo, j’irai, mais tout cela est encore très loin et je ne peux pas y penser maintenant. »

Ses victoires en Grand Chelem permettent à Kim Clijsters de bénéficier d’un nombre illimité d’invitations, ce qui va lui permettre de définir un programme à la carte. « Je dois trouver un coach à présent », a lâché aussi Kim Clijsters. « Carl Maes est toujours très impliqué dans le processus, mais il n’est pas possible pour lui d’être tout le temps là. C’est plus un coach mental. Je suis ouverte à tout, mais c’est sûr que c’est un élément à définir ces prochaines semaines. »

Notre sélection vidéo