Un militaire de l’OTAN poursuit une femme avec qui il entretenait une brève liaison et la viole à son domicile: il écope de deux ans avec sursis

Un militaire de l’OTAN poursuit une femme avec qui il entretenait une brève liaison et la viole à son domicile: il écope de deux ans avec sursis
Photo d’illustration - Isopix

En 2012, le sous-officier avait suivi avec sa voiture une dame de Kinrooi qui rentrait chez elle après un barbecue qui avait eu lieu sur la base de Kleine-Brogel. Après une brève liaison, l’homme et la femme entretenaient quelques contacts via internet.

Alors qu’il se rendait à Kinrooi, l’homme avait appelé plusieurs fois la dame avec un numéro anonyme afin qu’elle ne le reconnaisse pas. La dame n’a pas répondu à ses avances et ne souhaitait pas qu’il vienne chez lui. Vers minuit toutefois, l’homme se trouvait à sa porte. Il était ivre et a fait tellement de bruit que la dame l’a laissé entrer.

Finalement, le sous-officier a été autorisé à passer la nuit chez la dame qui ne voulait pas qu’il prenne le volant dans son état. Durant la nuit, il a agressé son hôte.

Le lendemain, il avait envoyé des sms pour s’excuser.

En première instance, il a été condamné devant le tribunal de Tongres à deux ans de prison avec sursis et a été privé de ses droits pour cinq ans. La peine a été confirmée.

Notre sélection vidéo