Liège: ils vendaient du cannabis pour arrondir les fins de mois

Liège: ils vendaient du cannabis pour arrondir les fins de mois
Illustration PhotoNews

L’affaire avait été révélée en 2017 et avait débouché sur l’incarcération durant trois mois du prévenu. L’enquête avait révélé que le couple, une quinquagénaire et son époux de 63 ans qui n’étaient pas consommateurs de produits stupéfiants, avait développé un trafic de cannabis durant deux ans afin d’améliorer son confort de vie. La prévenue, aide-soignante, touchait un salaire tandis que le prévenu, invalide, percevait une allocation. Avec un total de 4.200 euros par mois, le couple avait estimé ses revenus insuffisants.

L’homme allait se fournir en cannabis auprès d’un neveu dans la région de Quiévrain. Son épouse confectionnait les pacsons de cannabis à vendre. Les stupéfiants étaient revendus à des proches et à des connaissances. Mais le trafic avait pris une certaine ampleur. De 100 grammes par mois, il dépassait les 300 grammes mensuels en fin d’activité. Le couple pouvait alors s’offrir des sorties au restaurant et des voyages avec les importants bénéfices générés.

En première instance, le prévenu avait été condamné à une peine de 12 mois de prison avec sursis pour le surplus de la détention préventive et à une amende de 8.000 euros avec sursis pour la moitié. Cette sanction n’a pas été modifiée par la cour. Par contre, les magistrats ont porté la sanction de l’épouse (100 heures de travail en première instance) à 250 heures.

Notre sélection vidéo