La chambre de protection sociale va se pencher sur un lieu d’internement pour Kim De Gelder

Photo News
Photo News

Devant la cour d’assises de Gand, la défense avait plaidé l’internement, affirmant que Kim De Gelder, âgé de 20 ans au moment des faits, souffrait de schizophrénie. Le jury l’avait néanmoins déclaré responsable de ses actes.

Ses avocats ont souligné que la situation de l’auteur de quatre assassinats et 25 tentatives de meurtre s’était détériorée depuis le procès, ce qui a nécessité de le transférer d’établissement à plusieurs reprises. Lorsqu’il se trouvait à Audenarde, en 2017, le directeur de la prison a rédigé une demande d’internement, une démarche autorisée sur base de la loi adoptée l’année précédente.

La chambre de protection sociale, qui a dès lors hérité du dossier, a nommé quatre experts chargés d’examiner le condamné. Ces derniers ont conclu qu’il était bien schizophrène et donc irresponsable de ses actes, et le ministère public ne s’est pas opposé à la décision d’internement rendue fin mai.

L’instance doit maintenant se prononcer sur le lieu où Kim De Gelder va être pris en charge, ce qui interviendra dès qu’une place dans la structure désignée sera disponible. Cela pourrait être le centre de psychiatrie légale d’Anvers ou de Gand, qui affichent actuellement complet. S’il apparaît d’ici quelque temps que la situation de Kim De Gelder s’est améliorée et que son internement n’est plus requis, il retournera en prison.

L’audience de lundi aura lieu à 10h30, à huis clos.

Notre sélection vidéo